S'inscrire












Se connecter











Mot de passe oublié?
Accueil > Blog & Vidéos > Sujets originaux de la psycho > Panique ou déni : deux réactions bien différentes face au danger


Auteur :


Panique ou déni : deux réactions bien différentes face au danger


Face à un danger inédit, la meilleure chose à faire est de garder son calme et de réagir avec modération.Face à une menace inédite, nous ne réagissons pas tous de la même manière : certains cèdent à la panique, tandis que d'autres adoptent une attitude coulante, proche du déni.
Pourtant, aucun de ces deux comportements ne sont adéquats. En effet, la panique peut être préjudiciable en entraînant, par exemple, des pénuries par peur de la pénurie, tandis que la sous-estimation du danger augmente le risque de s'exposer au danger.


Pourquoi réagissons-nous de façons si différentes face à une menace ?

Notre tendance à surestimer les risques rencontrés ou au contraire à les sous-estimer est fortement liée à notre personnalité. Plus précisément, deux principaux facteurs semblent impliqués dans notre réaction face au danger :

  • L'anxiété : Les individus de nature très anxieuse ont tendance à manifester une prudence contre-productive. En outre, ils supportent moins bien la peur et ont tendance à fuir pour éviter les situations inquiétantes. En somme, ils tendent à surestimer et généraliser les risques.

  • L'intolérance à l'incertitude : Ne pas savoir de quoi demain sera fait ou être confronté au moindre doute peut stresser certaines personnes et même les empêcher d'agir. En somme, les individus intolérants à l'incertitude tendent à privilégier la sécurité, même lorsque ce n'est pas pertinent.

Finalement, les réactions excessives ont tendance à empêcher d'envisager la mise en place de mesures raisonnables et appropriées.


Alors quelle attitude adopter face au danger ?

Garder son calme et réagir avec modération est certainement le meilleur comportement à adopter. Cela consiste à résister à la panique et à accepter de s'exposer au danger, sans pour autant s'en moquer, lorsque cela est nécessaire. Par exemple, il est parfois indispensable de prendre des risques pour sauver des vies, et parfois même plus simplement pour se nourrir.


Inspiré des travaux de Steve Ayan, de Caroline Hunt, de Samuel Cooper, de Melissa Hartnell et Shmuel Lissek.



A lire également :




En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
En savoir plus