Accueil > Blog & Vidéos > Sujets originaux de la psycho > Pour ou contre la tétine ?


Auteur :


Pour ou contre la tétine ?


La tétine risque d'avoir des effets négatifs sur le développement de l'enfant, mais elle présente également de nombreux bienfaits.Longtemps décriée pour sa tendance à favoriser les infections et la mortalité infantile, la tétine semble redorer son blason depuis peu grâce aux différents bienfaits que les scientifiques ont mis en lumière.
En effet, ces derniers temps, des chercheurs ont mis en évidence certains avantages non négligeables de la tétine, notamment chez les nourrissons.

Cela devrait réconforter les parents qui s'inquiètent des effets négatifs que peut avoir la tétine sur leur progéniture. Car ils sont nombreux à en posséder une : ils seraient environ 80% en France !


Quels sont les avantages de la tétine ?

La tétine présente différents effets positifs dont voici les principaux :

  • Elle aide à lutter contre la mort subite du nourrisson : La tétine réduit de 2 à 5 fois le risque de décès d'un bébé apparemment en bonne santé durant son sommeil. En effet, la succion stimulerait le système nerveux sympathique, ce qui réduirait le risque d'un ralentissement général de l'organisme aboutissant à la mort subite.

  • Elle a un effet antidouleur : La tétine réduit le rythme cardiaque et la durée des pleurs du nourrisson lors de situations pénibles (par exemple, au cours d'un examen médical). En outre, elle favorise son endormissement après une intervention douloureuse.

  • Elle aide les prématurés à apprendre la tétée : Les bébés nés avant terme ont souvent des difficultés pour téter le sein de leur mère. Aussi, le fait de donner une tétine à un prématuré quelques minutes avant les repas l'aide à développer son réflexe de succion. En outre, cet exercice stimulerait la sécrétion d'hormones gastro-intestinales.

Quels sont les inconvénients de la tétine ?

Cela dit, la tétine ne présente pas que des avantages. Mais ses effets néfastes ne sont, pour la plupart, pas immédiats. En effet, les répercussions négatives de la tétine s'observent généralement plus tard, notamment chez les enfants qui en ont possédé une assez longtemps. Voici les principaux méfaits de la tétine :

  • Elle réduit le temps d'allaitement : Les mères qui donnent une tétine à leur enfant l'allaitent généralement moins longtemps et recourent davantage à des compléments. En effet, il semblerait que les bébés ayant une tétine satisferaient plus facilement leur besoin de succion et auraient donc moins envie de téter.

  • Elle favorise le tabagisme : Une étude a montré que 42% d'adolescents et de jeunes adultes qui avaient utilisé une tétine pendant plus de deux ans dans leur enfance étaient devenus fumeurs, contre 8% des jeunes qui n'avaient pas eu de tétine, ou en tout cas pas aussi longtemps.

  • Elle nuit à l'apprentissage émotionnel : Notre intelligence émotionnelle se développe en imitant inconsciemment les expressions des autres, car cela nous aide à comprendre ce qu'il ressentent. Or, les enfants qui ont une tétine dans la bouche ont la mâchoire relativement figée, ce qui altère le développement de ce mimétisme inconscient. Et cela a des conséquences durables, même à l'âge adulte, sur le niveau d'empathie et d'intelligence émotionnelle. Cependant, chez les filles, cet impact négatif semble compensé par une sur-stimulation sociale.

Alors faut-il encourager ou déconseiller la tétine ?

Si l'on fait le bilan des effets positifs et négatifs de la tétine, on comprend finalement que c'est l'excès qu'il faut surtout éviter. Car un usage occasionnel de la tétine au cours de la première année, notamment pendant les moments où le nourrisson n'interagit pas avec ses interlocuteurs, apparaît plutôt bénéfique.
Ensuite, il serait préférable d'y recourir de plus en plus rarement, car plus un enfant utilise longtemps une tétine, plus le risque de perturber son développement émotionnel est grand.


Inspiré des travaux de Nicolas Guéguen, de Laurence Lupi-Pégurier, d'Ann Callaghan, de Stephanie Yiallourou, de Rosemary Gates Campos, de Vildam Kaya, de Helenice Ferreira et de Paula Niedenthal.



A lire également :