Accueil > Blog & Vidéos > Sujets originaux de la psycho > La nature stimule le développement du cerveau !

(Mise à jour: Juin 2019)

Auteur :


La nature stimule le développement du cerveau !


La nature est garante d'un bon développement cérébral et psychique des enfants.Les bienfaits de la nature sont de mieux en mieux connus. En effet, un environnement naturel favorise le bien-être, renforce la santé physique et mentale et améliore même les performances cognitives. Et cela est particulièrement vrai chez les enfants.
Plus précisément, des études récentes ont mis en évidence le rôle essentiel du contact avec la nature dans le développement cérébral et psychique de l'enfant. Ces résultats sont à prendre avec beaucoup de considération dans la mesure où aujourd'hui, plus de la moitié de la population mondiale vit en zone urbaine.


Comment la nature agit-elle sur le développement cognitif de l'enfant ?

Différentes recherches ont mis en évidence un lien étroit entre les performances scolaires des écoliers et le temps qu'ils passent dans la nature. Plus précisément, voici les principaux résultats obtenus par ces études :

  • Les enfants vivant à proximité d'espaces verts ont une meilleure mémoire de travail. Celle-ci joue un rôle central dans l'apprentissage du langage, de la lecture, de l'écriture, ainsi que dans le raisonnement.

  • Les enfants passant beaucoup de temps au contact de la nature sont moins sujets au trouble déficitaire de l'attention et ont moins de problèmes de concentration.

  • La nature agit sur le développement structurel du cerveau, avec pour résultat : d'une part, davantage de matière grise au niveau du cortex préfrontal et de l'aire prémotrice gauche, et d'autre part, davantage de matière blanche au niveau du cervelet, de l'aire préfrontale droite et de la région prémotrice gauche. Ces particularités favoriseraient les capacités attentionnelles et cognitives des enfants.

D'ailleurs, les effets positifs de la nature ne se manifestent pas seulement sur le long terme. En effet, les bénéfices sont immédiats pour les tâches faisant appel à la mémoire visuo-spatiale. Ainsi, les enfants traitent plus facilement les informations relatives à leur environnement physique et à leur positionnement dans l'espace lorsqu'ils sont en plein air. Sans compter que les tâches cognitives réalisées à l'extérieur mobilisent globalement moins de ressources cérébrales.


Qu'en est-il de l'effet de la nature sur le développement psychique de l'enfant ?

La nature joue également un rôle important sur la santé mentale des plus jeunes. Ainsi, plus les enfants passent de temps entourés de verdure, notamment entre la naissance et l'âge de 10 ans, moins ils risquent de développer une maladie mentale à l'adolescence ou à l'âge adulte. Les troubles concernés sont principalement la dépression, les troubles anxieux et la schizophrénie.
En fait, ces défaillances psychiques seraient surtout imputables à une mauvaise gestion du stress. En effet, des études ont montré que le circuit cérébral de régulation du stress (impliquant le cortex cingulaire antérieur et l'amygdale cérébrale) est globalement moins efficace chez les personnes ayant grandi en milieu urbain.

Plus généralement, un cadre de vie en contact avec la nature, c'est-à-dire moins bruyant, qui incite aux jeux et à l'activité physique et qui permet de respirer un air plus sain, favorise les émotions positives et par la même améliore l'état psychologique des jeunes.
C'est pourquoi il est important de stimuler le rapport des enfants à la nature, même lorsque l'on vit en ville. Il s'agit par exemple, de proposer à son enfant d'arroser les plantes, de l'emmener lire ou jouer dans un parc, de le guider dans la découverte de la faune et la flore pour qu'il identifie les espèces rencontrées, etc.


Inspiré des travaux de Betty Mamane, de Kristine Engemann, de Florian Lederbogen, de Jordi Sunyer, de Julia Torquati et de Richard Louv.



A lire également :