Accueil > Blog & Vidéos > Sujets originaux de la psycho > Se comparer aux autres et se dévaloriser...


Auteur :


Se comparer aux autres et se dévaloriser...


Nous sommes enclins à nous comparer socialement aux autres afin de se faire une idée de la valeur de notre vie sociale.Alors que nous avons tendance à faire preuve d'une certaine complaisance envers nous-mêmes en surestimant notre intelligence et nos capacités en général, paradoxalement, nous avons aussi tendance à enjoliver la vie sociale des autres en s'imaginant qu'elle est plus riche que la nôtre.
En effet, les gens pensent souvent que les autres ont une vie sociale plus intéressante que la leur, qu'ils ont plus d'amis et qu'ils sortent plus souvent.

Cette tendance à se comparer aux autres est naturelle car elle permet de nous forger une opinion de nous-même. En effet, étant donné que nous ne savons jamais exactement ce que nous valons, nous nous comparons forcément aux autres pour en avoir une idée plus précise. Mais cela n'est pas sans risque...


Pourquoi ces comparaisons sociales présentent-elles un danger ?

Se comparer aux autres permet effectivement de savoir de façon plus précise ce que nous valons. Toutefois, pour faciliter notre interprétation de la réalité, nous avons recours à des raccourcis cognitifs qui nous permettent de simplifier notre vison du monde et de sélectionner rapidement les multitudes d'informations qui nous viennent de notre environnement. Or, ces raccourcis cognitifs peuvent parfois nous induire en erreur.

L'un des principaux biais cognitifs est notre tendance à nous baser sur les informations facilement accessibles. De fait, dans le cadre d'une comparaison sociale, ce biais nous conduit à nous focaliser essentiellement sur les personnes les plus visibles et donc les plus populaires. C'est notamment le cas sur les réseaux sociaux.
Ainsi, en nous comparant aux personnes les plus populaires (celles qui ont de nombreux "followers"), nous sommes amenés à constater que l'on a moins d'amis qu'eux, et à en conclure que notre vie sociale est bien moins intéressante que la leur. Un cercle vicieux risque alors de s'installer et de menacer notre bien-être.


Les réseaux sociaux renforceraient notre sentiment d'inadaptation ?

Passer beaucoup de temps sur les réseaux sociaux et observer des images de distraction auxquelles on ne participe pas, voir des photos de moments privilégiés... a effectivement tendance à nous rendre insatisfait de notre propre mode de vie.
A cela s'ajoute le fait que lorsque nous pensons à ces individus socialement remarquables, nous ne les imaginons pas dans leurs activités quotidiennes, comme le font tous les gens ordinaires.

C'est pourquoi il est important de nous rappeler que ce que nous voyons sur les réseaux sociaux ne reflète pas la réalité, mais qu'il s'agit en fait d'une sorte de théâtre où chacun choisit de mettre en scène une petite partie de sa vie, généralement la plus gratifiante, mais aussi la plus éloignée de la vie quotidienne.


Inspiré des travaux de Paola Emilia Cicerone, de Sebastian Deri, de Thomas Gilovich, de Shai Davidai et de Michele Roccato.



A lire également :