Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > A quoi peuvent bien servir les rêves ?


Auteur :


A quoi peuvent bien servir les rêves ?


Rêver s'avère essentiel pour le développement de nos capacités intellectuelles et sociales, mais aussi pour mieux anticiper certains danger.Les rêves occupent une place importante dans notre quotidien. En effet, nous passons plus d'un quart de notre vie à rêver.
Pourtant, nous ne savons toujours pas exactement quelles fonctions ils peuvent bien remplir. D'ailleurs, certains scientifiques vont même jusqu'à penser qu'ils ne servent à rien et n'ont aucun sens. Plus précisément, cette minorité de chercheurs suggèrent que les rêves ne seraient qu'une conséquence secondaire de l'activité nocturne du cerveau.
Cependant, pour la majorité des scientifiques, les rêves remplissent différentes fonctions.


Mais d'abord, à quoi rêvons-nous ?

Grâce aux banques de rêves constitués par des équipes de chercheurs, dans lesquelles sont consignées des dizaines milliers de récits de songes de dormeurs, nous pouvons nous faire une idée assez précise des pensées, des émotions et des scénarios contenus dans les rêves.

Tout d'abord, les rêves contiennent davantage d'émotions négatives comme la colère, la peur, la honte, que d'émotions positives comme la joie ou le bonheur. Le plus souvent, ils mettent en scène le rêveur dans son environnement quotidien et le font interagir avec deux à quatre personnages. Aussi, les activités cognitives quotidiennes comme l'écriture, la lecture ou le calcul sont assez peu représentées.
Ensuite, le sexe occupe une moindre place. En effet, il n'est présent que dans 0,5% des rêves des femmes et 2% de ceux des hommes. Il en est de même pour les scénarios typiques de perdre ses dents, de voler, d'être nu en public, etc... En effet, même si quasiment tout le monde a rêvé au moins une fois ce genre de scènes, elles ne représentent qu'à peine 1% de l'ensemble des rêves. En fait, ces rêves sont surtout typiques du fait qu'ils sont plus marquants.
Enfin, il est intéressant de noter que les songes en noir et blanc sont aujourd'hui assez rares, mais qu'ils étaient plus courants dans les années 1950, lorsque la télévision n'était pas encore en couleur.


Quels rôles jouent les rêves ?

Freud fut le premier scientifique à penser que les rêves avaient une fonction. Selon lui, ils servaient d'exutoire et exprimaient nos désirs refoulés, lesquels étaient censurés et se manifestaient donc de façon déguisée pour échapper à la censure, d'où l'aspect étrange des songes. Cependant, cette théorie, pourtant très populaire, n'a jamais été scientifiquement validée et est aujourd'hui obsolète.

En fait, les études récentes mettent en évidence quatre principales fonctions des rêves :

  • Nous préparer à affronter des dangers et des difficultés : les rêves servent à simuler des situations dangereuses pour mieux les affronter dans la réalité ou pour mieux anticiper certains événements. D'ailleurs, les songes des jeunes adultes comportent 60 à 77% d'éléments de menace physique (attaques, noyade, chute, etc...) ou sociale (exclusion de groupe, humiliation, etc...).

  • Nous entraîner à réguler nos émotions : l'amygdale, centre cérébral des émotions négatives, est souvent très active au cours du sommeil paradoxal. En effet, durant cette phase de sommeil, cette région du cerveau réactiverait les émotions intenses vécues dans la journée en les associant à d'autres éléments plus neutres n'ayant pas forcément de rapport avec elles, d'où l'étrangeté de certains rêves. Aussi, cet entraînement émotionnel permettrait de modifier durablement les rapports entre l'émotion et la raison.

  • Améliorer nos performances intellectuelles : dormir après un apprentissage améliore les performances et consolide la mémoire. En effet, les régions cérébrales impliquées dans l'apprentissage se réactivent au cours du sommeil, améliorant ainsi les performances. D'ailleurs, un apprentissage est d'autant plus efficace que nous en rêvons par la suite. Aussi, le fait que les événements vécus ne soient pas rejoués à l'identique mais de façon quelque peu modifiés, produirait des associations inédites d'images et d'idées, stimulant ainsi notre créativité et notre capacité à résoudre des problèmes.

  • Renforcer notre empathie : lorsque nous rêvons, nous nous plaçons souvent dans la peau d'un autre (par exemple, nous changeons de genre, nous devenons plus jeune ou plus vieux, nous changeons de statut socio-professionnel, etc...). Or, cette capacité à nous mettre à la place des autres, et donc à mieux comprendre autrui, serait stimulée par l'activation des neurones miroir au cours du sommeil. Le rêve aurait alors pour fonction de faciliter notre vie sociale.

Les rêves remplissent donc des rôles multiples, rendant ainsi le sommeil essentiel. C'est pourquoi il est important de respecter un temps de repos suffisant pour que notre cerveau puisse travailler en paix, sans être interrompu ou malmené par diverses stimulations externes comme les notifications de notre smartphone, une veille tardive devant nos écrans de télévision ou d'ordinateur, etc...


Inspiré des travaux d'Isabelle Arnulf, d'Antti Revonsuo, de Tore Nielsen, de Robert Stickgold et d'Ullrich Wagner.



A lire également :