Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > La cécité d'inattention ou l'incapacité de voir un phénomène insolite


Auteur :


La cécité d'inattention ou l'incapacité de voir un phénomène insolite


En psychologie, le test du gorille a permis de mettre en évidence un phénomène étonnant qui consiste à ne pas remarquer un stimulus inhabituel survenant dans notre champ visuel.Un manque d'attention peut provoquer des accidents, des oublis, ou encore une incapacité à remarquer un phénomène inattendu qui se présente dans notre champ visuel.
Un tel défaut d'attention est généralement dû à une surcharge cognitive, c'est-à-dire que nous sommes absorbés par nos pensées, ou par une autre activité physique ou cognitive, ce qui empêche notre cerveau de traiter toutes les informations. Ce phénomène est appelé tunnel cognitif (notamment lorsque nous sommes captivés par nos pensées) ou encore cécité d'inattention.


Comment expliquer la cécité d'inattention?

L'incapacité de remarquer un phénomène singulier dans notre environnement s'explique généralement par le fait que l'on est déjà occupé à réaliser une autre tâche qui mobilise toute notre attention. Par exemple, une expérience bien connue des psychologues a montré que la moitié des participants occupés à compter le nombre de passes entre les joueurs d'une équipe de basket lors d'un match, n'a pas remarqué qu'un homme déguisé en gorille s'est promené au milieu du terrain de jeu!
Plus précisément, pour être captés par nos sens (étape 1), puis arriver à notre conscience (étape 2), les stimili externes doivent doivent être sélectionnés par notre mémoire sensorielle parmi la multitude d'informations que celle-ci reçoit en permanence de l'extérieur. Aussi, la cécité d'inattention se manifeste lorsque quelque chose interfère entre l'étape 1 et l'étape 2. Il y a trois causes possibles:

  • La faiblesse du stimulus: bien que l'on ait perçu le stimulus, il n'est pas suffisamment "surprenant" pour arriver à notre conscience.
  • La mémoire implicite: nous avons tendance à nous souvenir de situations analogues avant de percevoir la situation présente, ce qui interfère avec la perception du stimulus inhabituel. C'est souvent le cas dans les situations routinières, que l'on exécute de façon automatique.
  • Le manque d'attention: nous ne percevons pas du tout le stimulus insolite car nous sommes concentrés sur une autre tâche.

Y a-t-il une région du cerveau en cause dans ce phénomène?

Avoir conscience de notre environnement nécessite l'activation de nombreuses aires cérébrales. Toutefois, seul un petit nombre d'entre elles est impliqué dans la cécité d'inattention. Il s'agit notamment d'un réseau qui inclut une partie du cortex frontal et des cortex pariétaux jusqu'à l'amygdale.
Ainsi, si un phénomène correspond à nos attentes, les signaux relatifs à cet événement sont sélectionnés en entrée de ce réseau et sont renforcés. Au contraire, si une situation contrarie nos attentes, les signaux associés à cette situation sont généralement filtrés à l'entrée du réseau, qui reste alors inactif. Et c'est justement ce qui se produit dans le test du gorille. En somme, notre cerveau a tendance à sélectionner et renforcer les informations qu'il souhaite percevoir et à éliminer les autres.


Inspiré des travaux de Daniela Ovadia, de Christopher Chabris, de Daniel Simons et d'Ulric Neisser.



A lire également :