Accueil > Chroniques > Troubles psychologiques > Pleurer sans tristesse, rire sans joie : le cas de l'affect pseudobulbaire

Septembre 2017 (Mise à jour: Septembre 2017)

Auteur :


Pleurer sans tristesse, rire sans joie : le cas de l'affect pseudobulbaire


Il arrive parfois que l'émotion se déconnecte de son expression, provoquant alors des rires sans motifs et incontrôlables ou des crises de larmes tout aussi incoercibles. Le plus souvent, cette dissociation entre le ressenti et l'expression émotionnelle est la conséquence de lésions cérébrales apparues dans le cadre de maladies neurodégénératives ou d'un accident vasculaire cérébral. On parle alors d'affect pseudobulbaire.

Ce syndrome, peu connu, serait pourtant assez répandu puisqu'il pourrait toucher environ 1,5% de la population. Mais cette estimation est bien supérieure au nombre de cas réellement diagnostiqués. En effet, la grande majorité des patients atteints de l'affect pseudobulbaire reçoivent un autre diagnostic (généralement une dépression) ou pas de diagnostic du tout.


Comment ce caractérise ce syndrome ?

L'affect pseudobulbaire se caractérise par une déconnexion entre l'émotion et son expression. Si bien que la personne atteinte de ce syndrome peut pleurer ou rire en permanence, sans pour autant ressentir de la tristesse ou de la joie.
L'affect pseudobulbaire résule d'une lésion au niveau du circuit cérébral de l'expression des émotions, impliquant notamment le lobe frontal, le cervelet et le tronc cérébral.Plus précisément, cette déconnexion résulte d'une rupture neuronale au niveau du circuit cérébral de l'expression des émotions. Ce circuit implique plusieurs régions du cerveau, notamment:

  • Le lobe frontal : il prend en compte le contexte dans lequel les émotions doivent s'exprimer, en mêlent affect et intellect (par exemple, en situation de plaisanterie, il associe le rire à la blague).
  • Le cervelet : il est activé par le lobe frontal. Il joue un rôle d'inhibiteur, c'est-à-dire qu'il autorise ou non l'information nerveuse à atteindre le tronc cérébral.
  • Le tronc cérébral: il est activé par le cervelet et provoque alors le rire ou les larmes.

Ainsi, chez les patients atteints de l'affect pseudobulbaire, une lésion au niveau du circuit de l'expression émotionnelle provoque un comportement de base qui consiste à pleurer ou à rire en permanence.


Quelles sont les répercussions sur la vie du patient?

Généralement, la qualité de vie des personnes atteintes de l'affect pseudobulbaire se dégrade assez rapidement. En effet, s'esclaffer ou pleurer à longueur de journée, sans motif particulier, à tendance à fatiguer l'entourage du patient, mais également le patient lui-même. Aussi, au bout d'un certain temps, ces individus se retrouvent souvent isolés socialement, ce qui risque de provoquer un réel trouble anxieux ou une dépression. Parfois même, les patients en viennent à se demander s'ils sont capables d'identifier leurs propres émotions et font de moins en moins confiance à leurs pensées et à leurs sentiments.

Heureusement, ce syndrome peut se traiter efficacement et rapidement, mais encore faut-il qu'il soit bien diagnostiqué...


Inspiré des travaux de Daniel Shalev et d'Ariel Miller.



A lire également :