Accueil > Chroniques > Troubles psychologiques > Quand un patient n'a pas conscience de sa déficience...


Auteur :


Quand un patient n'a pas conscience de sa déficience...


Avoir conscience de ses limites physiques et psychiques est une composante essentielle de la conscience, au même titre que le langage ou la mémoire. Pourtant, certains patients handicapés n'ont pas conscience de leur état.
Ce trouble, appelé anosognosie, touche environ 10 à 18% des patients ayant subi une attaque cérébrale ou un traumatisme crânien. Heureusement, la majorité d'entre eux reprend conscience de son état de santé après la phase aiguë de la pathologie.


Comment l'anosognosie se manifeste-t-elle?

Ce syndrome a commencé à être étudié dès le début du XIXe siècle, lorsque des médecins ont constaté l'attitude étrange de certains patients handicapés. Ainsi, on observa le cas d'un patient aveugle qui n'avait pas conscience de sa cécité et attribuait ses difficultés visuelles à un manque de lumière. Pourtant, hormis ce trouble, il était en bonne santé physique et ne présentait aucun déficit mental. En effet, il n'était pas délirant, n'avait pas d'hallucination et possédait une bonne mémoire.
On étudia également le cas d'un patient paralysé du côté gauche, suite à un accident. Celui-ci n'avait pas conscience de son handicap, et lui non plus ne souffrait pas de démence et ne présentait aucun autre trouble somatosensoriel.
De même, une patiente devenue hémiplégique de la partie gauche de son corps suite à un infarctus cérébral attira également l'attention des médecins. Aussi, cette femme avait la particularité de s'écrier "voilà!" lorsqu'on lui demandait de bouger le bras gauche. Evidemment, son bras restait immobile...


Mais quelle est la cause de ce trouble?

L'anosognosie est souvent causée par une lésion cérébrale au niveau des aires pariétales ou fronto-pariétales.L'anosognosie est une maladie d'origine organique. Elle résulte le plus souvent d'une lésion cérébrale au niveau des lobes pariétaux ou des aires fronto-pariétales de l'hémisphère droit. Aussi, cette maladie est souvent associée à une héminégligence, c'est-à-dire une faible conscience de tout ce qui se trouve à gauche du corps, y compris les membres.
Il arrive aussi parfois que l'anosognosie soit associée à des symptômes productifs, c'est-à-dire que le patient est convaincu de la présence d'éléments irréels. Par exemple, un patient, pourtant sain d'esprit, peut être persuadé que son membre paralysé appartient à quelqu'un d'autre.

Toutefois, ce trouble fascinant n'a pas encore été totalement expliqué. En effet, il s'agit d'un syndrome particulièrement complexe, et qui se manifeste de multiples façons.


Inspiré des travaux de Daniela Ovadia, de Babinski, de Preeti Sunderaraman, de George Prigatano et de Ivana Marková.



A lire également :