Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Le sentiment de soi : du cœur au cerveau

Auteur :


Le sentiment de soi : du cœur au cerveau


Le coeur communiquerait avec le cerveau et déclencherait ainsi le sentiment de soi.Avoir conscience de son corps, de ses pensées, de ses perceptions... c'est, en somme, avoir conscience de soi. Aussi, ce sentiment fondamental serait lié aux battements du cœur. Plus précisément, le sentiment de soi résulterait d'une construction complexe du cerveau basée sur les pulsations cardiaques. Aussi, plus la réponse cérébrale aux battements cardiaques serait marquée, plus le sentiment de soi serait fort.

Ainsi, lorsque nous portons attention à nos battements cardiaques, l'activité cérébrale liée à ces battements s'intensifie. Et c'est cette réponse cérébrale aux battements du cœur qui renforcerait le sentiment de soi. D'ailleurs, les chercheurs considèrent cette réponse cérébrale comme une sorte de "label soi", tant au niveau du corps que de la pensée.


Les battements du cœur seraient donc liés à la conscience corporelle?

Les battements cardiaques influenceraient effectivement notre conscience corporelle. D'ailleurs, chez les patients souffrant d'un trouble de dépersonnalisation, c'est-à-dire un sentiment étrange d'être détaché de son corps, le "label soi" déclenché par le cerveau en réponse aux battements du cœur semble inexistant. En effet, ces personnes ont beau se focaliser sur leurs pulsations cardiaques, leur réponse cérébrale aux battements du cœur ne s'amplifie pas.

De même, des expériences ont montré que les participants qui voient clignoter la photo d'une personne présentant quelques ressemblance avec eux, ont tendance à s'identifier davantage à celle-ci, dans le cas où l'image apparaît à un rythme synchronisé avec les battements de leur cœur. En d'autres termes, si le visage d'un individu apparaît au moment où notre cœur active le "label soi" dans le cerveau, alors ce visage a tendance à être considéré comme étant le nôtre!


Les battements cardiaques sont-ils également liés à la pensée?

L'intensité de la réponse du cerveau aux battements du cœur semble effectivement liée aux pensées se rapportant à soi. Ainsi, plus nos pensées portent sur nous-mêmes, plus la réponse cérébrale à notre rythme cardiaque est ample, et ce, indépendamment des fluctuations du rythme cardiaque lui-même. Finalement, il suffit que le cœur envoie régulièrement des signaux auxquels le cerveau se réfère pour déclencher un "label soi".

Toutefois, cette découverte soulève certaines questions, notamment en ce qui concerne les cœurs artificiels. En effet, de nouveaux cœurs artificiels en cours de développement fonctionnent non pas avec des pulsations, mais en faisant circuler le flux sanguin de façon continue. De fait, on peut se demander si cette absence de battement affectera le sentiment de soi?


Inspiré des travaux de Mariana Babo-Rebelo, de Catherine Tallon-Baudry, de Manos Tsakiris, d'André Schulz et de Alejandra Sel.



A lire également :