Accueil > Chroniques > Troubles psychologiques > La personnalité histrionique ?

(Mise à jour: Février 2015)

Auteur :


La personnalité histrionique ?


Les personnes histrioniques manifestent une attitude théâtrale dans le but de se faire remarquer. Aussi, leur tenue vestimentaire est souvent voyante.Le trouble de la personnalité histrionique est également appelé névrose hystérique ou encore hystérie de conversion. Entre 2 et 3% de la population est touché par ce trouble, avec une majorité de femmes. La caractéristique principale de la personnalité histrionique est un besoin irrépressible de se mettre en scène, de se faire remarquer à tout prix.

Pour ce faire, les personnes histrioniques ont tendance à s’habiller de manière originale et voyante (elles portent souvent des couleurs vives, un chapeau...), à parler fort et rire aux éclats, ou au contraire à prendre un air désespéré en relatant un drame d’actualité. Aussi, même en présence d’un interlocuteur unique, ces individus se comportent comme si ils étaient face à un public.
Cette façon déplacée de s’exprimer a tendance à agacer les personnes de leur entourage qui ne peuvent pas s’exprimer et qui peuvent aussi parfois avoir honte de leur comportement en société. Pourtant les individus histrioniques ne se rendent pas compte de l’embarras qu’ils peuvent causer et pensent même avoir des liens amicaux très étroits, ce qui n’est pas forcément le cas.


Quels sont précisément les symptômes du trouble histrionique?

Bien qu’une personne affectée par ce trouble ne présente pas obligatoirement tous les symptômes, les principales manifestations du trouble de la personnalité histrionique sont les suivantes:

  • l’individu ne supporte pas les situations où il n’est pas le centre de l’attention,
  • son expression émotionnelle est superficielle et changeante,
  • l’interaction avec autrui est souvent caractérisée par un comportement de séduction inadapté ou d’attitude provocante,
  • son expression émotionnelle est souvent dramatisée et exagérée,
  • sa façon de parler est très subjective et pauvre en détails,
  • il utilise son apparence physique pour attirer l’attention,
  • il a tendance à considérer que ses relations sont plus intimes qu’elles ne le sont en réalité,
  • il est facilement influencé par les autres ou par les circonstances.

Aussi, les personnes atteintes de ce trouble peuvent également manifester un certain égocentrisme, un désir permanent d’être appréciées, une indulgence excessive vis-à-vis d’elles-mêmes, un comportement manipulateur et une certaine susceptibilité.


Où ce trouble trouve-t-il son origine et comment évolue-t-il?

Plusieurs causes sont proposées pour expliquer ce trouble psychologique, mais son origine reste toutefois assez énigmatique.
L’une des pistes proposées met en avant le rôle de l’éducation. Les parents auraient trop souvent encouragé leur enfant en privilégiant les critères esthétiques, sans valoriser les qualités morales et intellectuelles.
Une autre piste met en cause un dysfonctionnement cérébral. Des études d’imagerie cérébrales ont été réalisées sur des personnes atteintes de névrose hystérique, faisant une crise de paralysie hémiplégique. L’analyse des images obtenues suggère que sous l’effet d’une émotion intense, les régions cérébrales contrôlant les mouvements volontaires seraient hyperactivées, tandis que le cortex moteur responsable de l’exécution des mouvements serait inhibé. En d’autres termes, la paralysie constatée durant une crise d’hystérie serait le résultat d’un conflit entre la volonté d’exécuter des mouvements et l’incapacité de les accomplir.

Avec l’âge, les traits de personnalité histrionique peuvent s’atténuer en faveur d’activités gratifiantes telles que le bénévolat. ou au contraire s’aggraver avec un risque de dépression et d’addiction à l’alcool ou à d’autres drogues.


Inspiré des travaux de Jérôme Palazzolo.



A lire également :