Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Plus on vieillit, plus on est heureux !


Auteur :


Plus on vieillit, plus on est heureux !


Les personnes âgées sont souvent associées à la tristesse et à la solitude. Pourtant, les études menées sur le rapport entre l'âge et le bonheur vont à l'encontre de ces préjugés. En effet, selon ces recherches, en vieillissant, nous devenons globalement de plus en plus heureux.
Ainsi, malgré le déclin physique, le bien-être émotionnel semble se conforter avec l'âge. Et les seniors sont en moyenne plus heureux que les jeunes!


Comment expliquer cet effet de positivité lié à l'âge?

Tout d'abord, il est important de préciser que le bonheur n'est pas strictement corrélé à l'âge. En effet, la courbe du bonheur forme plutôt un U, c'est-à-dire qu'il est élevé au début de notre vie, puis il diminue jusqu'à 40-50 ans, pour ensuite remonter au cours des dernières décennies.

Aussi, cet effet de positivité s'expliquerait par la mise en œuvre de stratégies consistant à mettre à distance les sentiments négatifs pour se concentrer sur les éléments positifs. Par exemple, des études ont montré que les seniors ont tendance à accentuer les côtés positifs de leurs souvenirs, contrairement aux jeunes qui eux, ont tendance à exagérer les côté négatif de leur passé. De même, d'autres recherches ont montré que face à des images négatives (des accidents, des maladies, etc...) les personnes âgées détournent le regard plus vite que ne le font les jeunes. En revanche, elles fixent plus longtemps les images positives (des enfants heureux, des chatons, etc...).

En somme, avec l'âge, nous focalisons davantage notre attention sur des pensées positives, comme si un filtre attentionnel positif se mettait progressivement en place à partir de 40 ou 50 ans.


Cette focalisation sur les pensées positives est-elle délibérée?

Rester optimiste demande un certain effort cognitif, et il n'est pas rare que chez les personnes souffrant d'une maladie neuro-dégénérative comme la maladie d'Alzheimer, cet effet de positivité lié à l'âge disparaisse. Ainsi, un aspect biologique semble bien impliqué dans l'optimisme des personnes âgées. L'amygdale et le cortex préfrontal sont des zones du cerveau particulièrement actives chez les seniors optimistes et heureux.D'ailleurs, des IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) ont montré que le bien-être émotionnel est plus marqué chez les seniors qui présentent une activité cérébrale particulièrement élevée au niveau de l'amygdale (une région impliquée dans la régulation des émotions) et du cortex préfrontal médian (une région impliquée dans la prise de décision).

Néanmoins, ce facteur biologique ne peut pas expliquer à lui seul le bonheur du troisième âge, et être heureux est peut-être aussi un choix. Ainsi, l'activation du circuit cérébral relatif au bien-être émotionnel pourrait n'être que la résultante de ce choix. D'ailleurs, certaines observations vont dans ce sens en révélant que bien-être émotionnel n'est pas forcément propre aux personnes âgées. Plus précisément, des études ont montré que des jeunes gravement malades, ou plus généralement les personnes qui ont commencé à prendre réellement conscience de la fragilité de la vie (suite à une catastrophe ou une tragédie), ont également tendance à se concentrer davantage sur le côté positif des choses et à délaisser l'aspect négatif.

Au final, il semble que l'approche de la fin de vie nous incite à adopter délibérément un esprit positif, malgré l'énergie mentale que cela nécessite. Ainsi, en prenant soin de notre corps et en stimulant régulièrement notre cerveau, nous avons toutes les chances d'être heureux en vieillissant...


Inspiré des travaux de Marta Zaraska, d'Andrew Oswald, de Mara Mather et de Derek Isaacowitz.



A lire également :