Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Le cri si particulier des humains


Auteur :


Le cri si particulier des humains


Le cri exerce un impact profond sur notre psychisme. En effet, à l'écoute d'un cri humain, qu'il soit de colère ou de peur, nous nous mettons instantanément en alerte. Cela suggère que notre cerveau est particulièrement sensible aux cris. Aussi, pour en savoir plus sur ce phénomène, des chercheurs ont étudié la réaction de notre cerveau lorsqu'un cri humain retentit.


Comment notre cerveau réagit-il à l'écoute d'un cri?

L'amygdale cérébrale (une région du cerveau spécialisée dans la peur et la détection du danger) s'avère particulièrement sensible au cri humain.Pour analyser la réaction de notre cerveau à la perception d'un cri humain, les neuroscientifiques ont utilisé une IRM (Imagerie par Résonance Magnétique). Celle-ci révèle que l'amygdale cérébrale s'active immédiatement lorsque l'on entend un cri humain. Or, cette région du cerveau est spécialisée dans la détection du danger et le déclenchement de la peur.

Aussi, cette extrême sensibilité de notre cerveau aux cris humains suggère que les voix criées ont une structure sonore bien différente des voix parlées.


Quelle est donc la spécificité d'une voix criée?

Le son produit par un cri de peur ou de colère présente une structure bien particulière. En effet, tandis que la voix parlée produit des variations d'intensité sonore au rythme de 5 oscillations par secondes environ, la voix criée produit, quant à elle, deux sortes de variations d'intensité:

  • Une variation à un rythme de 30 oscillations par seconde.
  • Une variation à un rythme de 150 oscillations par seconde.

Aussi, ces deux oscillations combinées dans une même voix donnent au cri un timbre à la fois instable et déchirant, que l'on peut qualifier de rugueux.
Par ailleurs, il est important de noter que les sirènes d'alarme possèdent une structure sonore similaire à celle de nos cris. En effet, elles sont également composées de deux oscillateurs sonores simultanés.


Inspiré des travaux de Luc Arnal, Adeen Flinker, Andreas Kleinschmidt, Anne-Lise Giraud et David Poeppel.



A lire également :