Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Se singer pour se socialiser...


Auteur :


Se singer pour se socialiser...


L'imitation chez les singes participent grandement à leur socialisation.Les singes sont des animaux particulièrement sociaux. L'imitation fait partie des principaux facteurs qui rendent possible cette incroyable socialisation des primates. En effet, en s'imitant les uns les autres, les singes s'amadouent et créent ainsi du lien social.


Quel est précisément le rôle de l'imitation?

En fait, l'imitation joue deux rôles principaux chez les singes, mais également chez les humains:

  • La transmission culturelle: chez les singes, comme chez les hommes, certains comportements sont appris par imitation. Evidemment, l'acquisition de tels comportements chez les humains est beaucoup plus développée et plus complexe que chez les primates. Néanmoins, chez ces derniers, une transmission culturelle s'observe bel et bien, par exemple, lorsqu'ils apprennent à utiliser des outils (des pierres ou des bâtons).

  • Les liens sociaux: les primates sont attirés par ceux qui les imitent. En effet, des études ont montré qu'ils passent davantage de temps et interagissent plus facilement avec ceux qui les singent. Et il en est de même pour les humains. D'ailleurs, certaines stratégies thérapeutiques basées sur l'imitation ont été mises au point pour tenter sociabiliser les enfants autistes.

L'imitation est-elle le seul moyen de socialisation?

Si l'imitation joue un rôle essentiel dans la socialisation, elle n'est pas le seul élément. En fait, la socialisation est un phénomène complexe qui implique plusieurs facteurs, lesquels interagissent entre eux.

Par exemple, sur le plan neurologique, certains neurones appelés neurones miroir permettent aux singes (mais aussi aux hommes), de reproduire l'activité cérébrale de leur congénères. Il s'agit en quelque sorte d'une simulation mentale des gestes et des mimiques faciales qu'ils observent. Cela leur permet de mieux comprendre ce que leur semblable ressent.
De même, sur le plan biochimique, une molécule nommée ocytocine permet de moduler le vécu du plaisir, mais aussi de conditionner la formation du lien social. Ainsi, lorsqu'un singe (ou un homme) interagit avec un congénère, son cerveau libère cette hormone qui favorise la production de mimiques faciales, et plus généralement, la sociabilité. En somme, l'ocytocine jouerait un rôle important dans le plaisir de créer du lien social. C'est pourquoi on la considère comme l'hormone du lien affectif.


Inspiré des travaux de Georges Chapoutier, d'Annika Paukner, d'Andrew Meltzoff et d'Elizabeth Simpson.



A lire également :