Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Pas si facile d'être surdoué...

(Mise à jour: Février 2015)

Auteur :


Pas si facile d'être surdoué...


Les enfants surdoués ont un développement et des centres d'intérêts différents des autres enfants. Si bien qu'il peuvent éprouver de grandes difficultés d'adaptation, notamment à l'école.Le surdouement n'est ni une force, ni une faiblesse, et encore moins une pathologie. C'est simplement une façon d'être, de penser et de ressentir. Aussi, de très nombreux enfants à haut potentiel se développent de façon épanouie.
Cependant, pour certains, être surdoué s'avère difficile à vivre, notamment en raison du décalage de leur développement intellectuel et social avec celui des autres enfants.


Comment se développe un enfant intellectuellement précoce?

Dès la petite enfance, les surdoués apparaissent plus éveillés et plus ouvert sur le monde. En outre, l'acquisition du langage est précoce et leur vocabulaire est remarquablement précis et adapté. Enfin, ils maîtrisent rapidement les notions d'espace et de temps.

En fait, c'est une fois scolarisés que des difficultés peuvent apparaître en raison d'un rythme inversé à celui des autres élèves, et donc, à celui proposé par l'école.
Plus précisément, en maternelle, alors que la priorité est donnée au développement des compétences sociales, les surdoués, eux, cherchent avant tout à comprendre le monde qui les entoure. Et ce n'est qu'à partir de l'école primaire que la pédagogie se centre davantage sur la mise en place des bases du savoir et la compréhension du monde. Or, c'est justement à cette période que les enfants à haut potentiel commencent à se focaliser sur les relations sociales. De fait, ce décalage risque d'affecter et de perturber les enfants surdoués.


Mais ces difficultés persistent-elles à l'adolescence?

Non seulement ces difficultés tendent à perdurer à l'adolescence, mais elles risquent de s'aggraver, notamment sur le plan scolaire. En effet, alors qu'à l'école primaire il suffit de donner les bonnes réponses, au collège, on demande aux élèves d'expliciter le cheminement de leur pensée. Or, la plupart des enfants à haut potentiel fonctionnent de façon intuitive. De fait, ils ne parviennent plus vraiment à répondre aux attentes des enseignants.

De même, sur le plan affectif, ces jeunes intellectuellement précoces, qui ont des aspirations et des centres d'intérêt souvent différents de leurs pairs, risquent d'avoir de plus en plus de difficultés à s'identifier à eux et à créer des liens sociaux. Aussi, la solitude qui en découle conduit certains d'entre eux à construire un faux self, c'est-à-dire une fausse image sociale. Plus précisément, certains adolescents surdoués tentent de dissimuler leurs compétences et leurs centres d'intérêt, afin d'être accepté par les autres. Si bien qu'à force de brouiller leur identité, ils finissent parfois par ne plus savoir qui ils sont vraiment.


Inspiré des travaux de Fabrice Bak et de Laurence Vaivre-Douret.



A lire également :