Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Un espace vital réduit, mais une musique apaisante...

(Mise à jour: Novembre 2014)

Auteur :


Un espace vital réduit, mais une musique apaisante...


Nous avons besoin d'un espace vital de 70 centimètres, pour nous séparer d'autrui et ainsi nous sécuriser.Nous avons tous besoin d'un espace vital, d'une distance minimum entre soi et autrui, afin de préserver notre intimité et de nous sentir en sécurité.
Aussi, lorsque cette distance est réduite, nous ressentons un profond inconfort. C'est le cas, par exemple, dans les transports en commun, aux heures de pointe, ou toutes autres situations dans lesquelles nous nous retrouvons compressés.

Or, il s'avère que la musique aide à réduire le stress qui découle de cette trop grande proximité.


Mais d'abord, pourquoi cet espace interpersonnel?

Cet espace interpersonnel (ou péripersonnel) est une zone fictive, d'environ 70 centimètres, délimitée autour de notre propre corps. Il joue le rôle d'une barrière de sécurité. Ainsi, nous maintenons continuellement et instinctivement cet espace péripersonnel, pour prévenir d'éventuelles menaces.
C'est pourquoi, lorsque nous sommes soumis à une certaine compression, que ce soit dans une foule, dans le métro, dans le bus, etc., nous nous sentons mal à l'aise et stressés, car notre espace vital se trouve largement réduit.


Comment la musique peut-elle atténuer cette gène ressentie?

En fait, l'espace interpersonnel dont nous avons besoin fluctue selon notre état émotionnel. Ainsi, plus nous sommes détendus, plus notre besoin de sécurité diminue et plus la distance que nous maintenons avec autrui diminue.
Or, la musique possède des vertus relaxantes et favorise la mise en confiance. Ainsi, écouter une musique que l'on apprécie particulièrement permet de réduire notre espace peripersonnel de 15 à 20 centimètres !

Finalement, c'est peut-être, en partie, pour cette raison que la plupart des voyageurs écoutent leur baladeur dans les bus et les métros...


Inspiré des travaux de Ana Tajadura-Jimenez.



A lire également :