Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Le neurotempérament ?

(Mise à jour: Avril 2015)

Auteur :


Le neurotempérament ?


Contrairement à ce que l'on aurait tendance à penser, lorsque nous sommes inactifs, notre cerveau, lui, reste très actif. En effet, lorsque notre activité cognitive n'est pas sollicitée particulièrement, notre activité cérébrale se révèle intense et soutenue. Ainsi, elle forme un réseau de connexions entre différentes zones du cerveau, notamment les régions éloignées. Cette activité cérébrale de repos est appelée réseau du mode par défaut.
Or, il semblerait que ce réseau du mode par défaut soit lié à notre tempérament.


Il existerait donc une empreinte cérébrale du tempérament?

Le neurotempérament correspond au lien existant entre la personnalité d'un individu et son activité cérébrale lorsqu'il est au repos (le réseau par défaut).Des chercheurs ont effectivement mis en évidence un code cérébral de la personnalité. Plus précisément, il ont mis en relation les différents profils du réseau du mode par défaut qu'ils ont obtenus à l'aide d'IRM, avec les différentes profils de personnalité obtenus en se basant sur les cinq dimensions de la personnalité (l'extraversion, l'amabilité, l'esprit consciencieux, le névrosisme et l'ouverture à l'expérience).

Voici les résultats obtenus:

  • Les extravertis présentent une activité cérébrale de repos plus élevée dans les aires impliquées dans la reconnaissance des visages et des différentes formes de plaisir. Il s'agit des aires paralimbiques et du gyrus fusiforme.

  • Les névrotiques (ou instables émotionnels) ont une activité cérébrale de repos plus élevée dans les régions impliquées dans l'anxiété, l'auto-évaluation et la peur. Il s'agit des zones préfrontales dorsomédianes.

  • Les personnes ouvertes à l'expérience présentent une activité cérébrale de repos plus intense dans les régions associées à l'imagination, à la flexibilité mentale et à la curiosité intellectuelle. Il s'agit du cortex préfrontal dorsolatéral.

  • Les personnes agréables ont une activité cérébrale de repos particulièrement élevée dans les zones impliquées dans l'empathie et l'attention sociale. Il s'agit des aires extrastriées.

  • Les personnes consciencieuses présentent une activité cérébrale de repos plus intense dans les régions associées à la planification, l'organisation et la discipline. Il s'agit d'une partie du lobe temporal médian.

Le neurotempérament n'est donc pas propre à chacun?

Bien sûr, il ne faut pas oublier qu'un tempérament est un mélange des cinq dimensions, dont les proportions varient d'un individu à l'autre. Et c'est justement ce dosage qui fait l'unicité du caractère, c'est-à-dire le neurotempérament de chacun.

Ainsi, selon le type de personnalité, certaines zones du cerveau s'activeraient en priorité, orientant alors le comportement et la pensée de l'individu.


Inspiré des travaux de jonathan Adelstein, de Sébastien Bohler et de Gaël Varoquaux.



A lire également :