Accueil > Chroniques > Troubles psychologiques > La maladie mentale peut-elle se guérir totalement ?


Auteur :


La maladie mentale peut-elle se guérir totalement ?


Guerir d'une maladie mentale est possible, bien qu'elle laissera une trace indélébile dans la vie psychique de l'individu.Qu'il s'agisse d'une maladie mentale ou physique, on peut difficilement affirmer qu'elle ne laissera aucune trace.
En effet, un épisode pathologique entraîne des perturbations émotionnelles et affectives particulièrement profondes. C'est pourquoi il est susceptible de marquer profondément la personne qui en a souffert, voire de la transformer une fois guérie.


Mais d'abord, quand peut-on parler de guérison?

Le terme "guérison" est difficile à définir dans la mesure où l'idéal qu'il représente n'est quasiment jamais atteint. En outre, en ce qui concerne les maladies mentales, la question de la guérison oblige à distinguer deux types de troubles :

  • Les troubles aigus et passagers: il s'agit notamment de certaines formes de dépression ou de certains états délirants aigus (les bouffées délirantes).
  • Les troubles chroniques: il s'agit, par exemple, des troubles de la personnalité, des différentes formes de la schizophrénie, des délires chroniques, etc...

En ce qui concerne les épisodes passagers, le plus souvent, ils peuvent être guéris. En effet, on peut se rétablir d'un trouble aigu en accédant à un équilibre nouveau. Ainsi, ce trouble passager fait partie de l'histoire de la personne et de son développement psychologique. Aussi, malgré la souffrance qu'il a entraîné, il n'est pas pour autant toujours négatif. Par exemple, un état dépressif peut être une opportunité de réfléchir sur soi, de se remettre en question, et de construire un avenir davantage en harmonie avec ses potentialités.

En ce qui concerne les troubles chroniques, ils impliquent des perturbations psychiques profondes et influent sur tous les aspects de la vie du patient, que ce soit sur le plan social, biologique ou psychique. Ainsi, l'existence de la personne s'en retrouve bouleversée. Cependant, certains troubles chroniques ne sont pas pour autant considérés comme des maladies. C'est notamment le cas de l'autisme de haut niveau. En effet, les personnes atteintes du syndrome d'Asperger ne sont pas malade. Simplement, elles présentent des potentialités supérieures à la moyenne dans certains domaines et des difficultés d'adaptation dans d'autres domaines. Ainsi, pour ce syndrome, la notion de guérison devient un non-sens.


D'ailleurs, peut-on vraiment séparer le normal du pathologique?

A vrai dire, on ne peut jamais séparer de façon nette ce qui relève de la normalité et ce qui relève de la maladie. Ainsi, il est préférable de considérer la maladie mentale comme des modifications à la fois qualitatives et quantitatives et comme une tentative "de la nature en l'homme" d'accéder à un nouvel équilibre, à de nouvelles normes de vie, parfois même supérieures aux anciennes.
En outre, notre vie psychique est en perpétuelle évolution et se nourrit de nos expériences. Ainsi, la mémoire et l'oubli jouent également un rôle fondamental.


Inspiré des travaux de Bernard Granger et de George Canguilhem.



A lire également :