Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Mieux gérer ses efforts pour améliorer ses performances

(Mise à jour: Janvier 2015)

Auteur :


Mieux gérer ses efforts pour améliorer ses performances


La performance, qu'elle soit sportive, intellectuelle ou artistique, implique nécessairement de bonnes conditions physiques et mentales et généralement un entraînement régulier et une hygiène de vie plutôt stricte; mais pas seulement...

En effet, d'autres éléments tels que la motivation semblent également indispensables dans la réalisation d'un effort soutenu. D'ailleurs, il est admis, notamment dans le milieu sportif, que c'est la force mentale qui fait toute la différence entre deux athlètes de haut niveau. Et souvent, les sportifs eux-mêmes expliquent leur succès par le fait qu'ils soient parvenus à repousser leurs limites encore un peu plus loin.


Mais d'abord, comment gère-t-on l'effort?

L'insula est une région du cerveau qui traite la gestion de l'effort et lorsque son activité atteint un certain seuil, la fatigue est trop intense et l'effort est interrompu.Gérer l'effort, c'est en quelque sorte réguler sa capacité à supporter la douleur et la fatigue selon un temps plus ou moins long.
Et c'est à une région de notre cerveau que l'on doit cette faculté. Il s'agit de l'insula. Ainsi, au cours d'un effort soutenu, l'activité de l'insula augmente progressivement. Or, à partir d'un certain niveau d'activité de cette zone cérébrale, la fatigue ressentie devient trop intense et l'effort doit s'interrompre immédiatement: une pause s'impose.

De fait, augmenter sa capacité à produire un effort intense et ainsi repousser ses limites, reviendrait à réussir à rehausser le niveau maximal d'activité de l'insula.


Est-il possible d'augmenter ce seuil au-delà duquel l'effort est interrompu?

A vrai dire, ce n'est pas tant sur le niveau d'activité maximal de l'insula qu'il est possible d'agir, mais plutôt sur la vitesse à laquelle ce niveau maximal est atteint. Pour cela, deux facteurs principaux entrent en jeu:

  • La motivation: il s'avère que dans les conditions où la motivation à fournir un effort est très présente, l'activité de l'insula augmente plus lentement. La limite d'activité de cette aire cérébrale est donc atteinte plus tardivement, ce qui permet des efforts plus longs. Ainsi, la motivation repousse les limites du coût de l'effort, et par conséquent, elle permet d'y consacrer plus de temps.

  • La gestion des pauses: produire un effort est coûteux physiquement. Aussi, savoir gérer au mieux l'accumulation et la dissipation de ce coût physique permet de mieux gérer la fatigue et donc d'optimiser l'effort fourni. Il s'agit, en somme, de savoir quand une certaine limite est franchie et de choisir à l'avance de s'arrêter pour recouvrer suffisamment de ressources afin de poursuivre l'effort dans la durée.

Ainsi, être motivé et savoir se reposer et pour combien de temps est indispensable dans la gestion de l'effort. Ces deux éléments constituent, de toute évidence, la force mentale qui permet de dépasser ses limites.


Inspiré des travaux de Florent Meyniel et Mathias Pessiglione.



A lire également :