Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Etre bercé et s'endormir...

(Mise à jour: Mai 2014)

Auteur :


Etre bercé et s'endormir...


La vitesse à laquelle s'endorment les bébés lorsqu'ils sont bercés est souvent remarquable! D'ailleurs, il n'y a pas que les nourrissons qui sont si sensibles au bercement. En effet, chacun a sans doute déjà profité du bercement d'un hamac ou un rocking chair pour se laisser aller très facilement dans les bras de Morphée.


Mais pourquoi le bercement accélère-t-il l'endormissement?

Avant toute explication, il est important de dire un mot sur le stade du sommeil qui succède l'endormissement: le stade II. Il s'agit d'un sommeil lent et léger qui se caractérise par des ondes irrégulières, entrecoupées d'ondes lentes. C'est justement ce stade du sommeil qui est atteint plus facilement grâce au bercement.

Le phénomène de l'endormissement par le bercement fait intervenir le système vestibulaire et le thalamus. le résultat de leurs interactions correspond à la propagation d'ondes lentes dans le cerveau qui bascule alors directement dans le stade II du sommeil.Voyons maintenant en détails pourquoi :
L'effet du bercement sur le sommeil s'explique par un phénomène de synchronisation entre le corps et le cerveau. Plus précisément, l'organe qui régit notre équilibre (le système vestibulaire, situé dans l'oreille interne) capte les oscillations du bercement et les transmet à une partie du cerveau (le thalamus).

Le thalamus joue alors un rôle essentiel. En effet, il convertit l'oscillation mécanique envoyée par le système vestibulaire en oscillation électrique de même fréquence, puis la transmet au cortex cérébral.
Or, étant donné que les oscillations du bercement sont généralement lentes, les ondes transmises par le thalamus dans le cortex cérébral sont tout aussi lentes. Ces ondes lentes, caractéristiques du sommeil lent au stade II, font alors basculer la personne bercée dans ce stade du sommeil et écourtent ainsi la phase d'endormissement (le stade I).


Le thalamus est donc un régulateur du sommeil?

La fréquence mais aussi l'amplitude des ondes cérébrales sont associées à un état de conscience particulier. Par exemple, le sommeil lent et profond (stades III et IV) est caractérisé par des ondes lentes et de grande amplitude. Il correspond à une perte totale de conscience. En revanche, le sommeil paradoxal (stade V) se caractérise par une activité cérébrale intense. Il correspond à la phase de rêve.

De fait, on peut effectivement considérer le thalamus comme une sorte de régulateur du sommeil dans la mesure où il règle la fréquence des ondes cérébrales.


Inspiré des travaux de Laurence Bayer.



A lire également :