Accueil > Chroniques > Sujets originaux de la psycho > Les effets positifs de la méditation

(Mise à jour: Mai 2014)

Auteur :


Les effets positifs de la méditation


Face au besoin de calme de plus en plus saillant à notre époque, les pratiques méditatives sont en vogue. Ainsi, parmi ces pratiques, on peut retrouver le yoga, la relaxation, la méditation bouddhiste, le chi-gong, la méditation transcendantale, etc... Globalement, ces techniques visent à mieux réguler ses émotions et à mieux focaliser son attention, afin d'apaiser son esprit.


Les effets positifs des pratiques méditatives ont-ils été prouvés scientifiquement?

Des techniques d'imagerie cérébrale (IRM) révèlent en effet que des méthodes de méditation telles que l'attention focalisée modifient l'activité cérébrale. Cette pratique méditative consiste à se concentrer sur un objet précis (une couleur, sa respiration, une flamme, ou n'importe quel autre objet, même mental), et de prendre conscience du flux involontaire et intarissable de ses émotions et de ses pensées. Ce flux est également appelé vagabondage de l'esprit.

Méditer permet d'accroître a concentration et de mieux réguler ses émotions. D'ailleurs, des IRM le prouvent.Par exemple, des études scientifiques montrent que les méditants confirmés (c'est-à-dire ayant plus de 10 000 heures de pratique) présentent une augmentation de l'activité de différentes régions cérébrales:

  • le cortex visuel: il est impliqué dans l'engagement de l'attention;
  • le cortex préfrontal dorsolatéral: il est impliqué dans le maintien de l'attention;
  • les sillons intrapariétal et frontal supérieur: ils sont impliqués dans l'orientation de l'attention.

Cependant, au delà d'environ 40 000 heure de méditation, l'activité de ces différentes régions du cerveau tend à diminuer. Cela s'explique par le fait que les méditants n'ont plus à fournir d'efforts pour se concentrer. Aussi, ces derniers parviennent à inhiber certaines réactions émotionnelles ou psychomotrices automatiques. Ces méditants expérimentés sont passés à un mode attentionnel plus large, appelé méditation de pleine conscience.


En quoi consiste la méditation de pleine conscience?

Il s'agit d'une surveillance globale et d'une ouverture à tout ce qui se passe en soi et autour de soi. Plus précisément, cela consiste à observer de façon détachée l'intensité de ses perceptions, de ses émotions, de ses pensées, etc... Il s'agit en quelque sorte de se laisser porter par les vagabondages de l'esprit de manière passive, sans chercher à lutter contre eux ou à les modifier.

Cette technique de méditation s'avère plutôt efficace pour soulager des douleurs chroniques et pour lutter contre la dépression, au point d'être aujourd'hui utilisée en milieu hospitalier.


Inspiré des travaux d'Antoine Lutz, de Zindel Segal et de Fadel Zeidan.



A lire également :