Accueil > Forum > Les articles des chroniques > Discussion sur: Schizophrénie : vers un traitement efficace ?

Discussion sur:
Schizophrénie : vers un traitement efficace ?


Cette discussion contient 4 messages.

Page : 1

avatar de rd Inscrit le 01/02/2019
(12 posts)

Posté le 28/07/2019 à 11h58

Le traitement le plus efficace à ce jour quand il y a un ou une schizophrène dans un groupe fermé, le plus souvent une famille, c'est l'éclatement et la séparation pour éviter la contamination, c'est peut être un peu radical mais ça évite de mettre en danger la vie des autres, les passages à l'acte violent hétéroagressif si médiatisés ne sont que la partie émergée de l'iceberg, mais tout le reste ça laisse des marques aussi, pendant que ma mère est en clinique ou autre établissement ses enfants se débrouillent seuls et quand elle rentre elle reprend où elle en était alors qu'en trois, quatre mois on était pas cryogénisé ou autre en attendant qu'elle revienne. Très franchement on vit beaucoup mieux sans la maladie qui nous contrôle aussi par le biais du ou de la malade.

avatar de poppy Inscrit le 05/08/2019
(1 post)

Posté le 05/08/2019 à 22h37

Le meilleur  traitement que l'on puisse trouver pour qqun qui souffre de psychose c'est l'amour vrai, sincère qui respecte le personnalité sans juger et qui sait accompagner sans diriger. Etre aimé pour un schizophrène c'est découvrir ce que peut être la vraie réalitté de la vie et lui permettre de ne plus chercher dans des délires des compensations à son vide affectif interieur. L'amour inconditionnel de l'enfant, le psychotique ne le connait pas, car sa demande affective ne correspond pas à celle de son entourage. QQUn qui délire est une sensibilité à part, souvent hypersensible.

A lire "Trois fois rien" sur Amazon

avatar de rd Inscrit le 01/02/2019
(12 posts)

Posté le 27/08/2019 à 20h46

@poppy

 

C'est peut être tout gentil comme concept l'amour vrai et le respect de la personnalité, etc ... mais en pratique c'est infaisable, l'Autre est un Autre, la fusion ça n'existe pas, puis l'amour vrai patin couffin, au bout du nième déménagement pour cause plus ou moins floue, du nième délire, l'entourage se lasse, s'épuise. Sinon ça fait des souvenirs assez extraordinaires, les processions pour chasser le mal dans l'appartement, c'est pas tous les enfants qui ont cette chance, un véritable parc d'attraction dans un T3/4, les tentatives de suicide c'est pas mal non plus, mieux qu'à la télé, il y a aussi les petites barquettes de confiture et les sachets de poudre chocolatée qu'on peut récupérer lors des visites, on a dit beaucoup de mal sur la bouffe des hôpitaux, mais c'est pas si dégueu on y prend goût à la longue, puis les véritables oeuvres d'art en céramique faites main qui vont trôner dans les vitirnes de retour de séjour en établissement spécialisé, le must c'est pouvoir rentrer en HP comme visiteur, le frisson quand l'infirmier ferme la porte à clef et qu'on est dedans, le train fantôme de la fête forraine puissance dix, et gratis. Etait il question de réalité? Ou de perception d'icelle [Echange de points de vue pour simplifier]? Je pourrais être franchement embarrasé par mon vécu psychosocial en cas de consultation, bilan un peu approfondi ...

avatar de rd Inscrit le 01/02/2019
(12 posts)

Posté le 04/09/2019 à 18h19

Je vais en rajouter une couche, pleine d'amour bien sûr, pour clarifier parce que cofinoga, cetelem et consort c'est vraiment que des méchants qui ne pensent qu'à recouvrir les impayés, le bailleur est conciliant un certain temps puis il prend les mesures auxquelles il est autorisé par la loi, il y a donc un ou des jugements qui sont prononcés, c'est pas mal compliqué, trop finalement pour ne pas fuir et tenter de se (re)construire sans influence néfaste. Et ce fameux dicton pour terminer, qui aime bien châtie bien.



Page : 1


Participez à la discussion !