Accueil > Forum > Les articles des chroniques > Discussion sur: Dépersonnalisation-déréalisation : un syndrome peu connu

Discussion sur:
Dépersonnalisation-déréalisation : un syndrome peu connu


Cette discussion contient 16 messages.

Page : 1-2

avatar de emmanuel emmanuelInscrit le 09/09/2016
(2 posts)

Posté le 13/09/2016 à 10h18

Merci à vous Delphine de votre réponse.

Je me permets de rajouter quelque chose avec un doc intéressant qui pourrait servir.

Je pense qu’il faut apprendre à vivre avec même si c’est bien plus facile à dire qu’à faire, et prendre médication lorsque c’est vraiment trop dur à gérer.

Je ne pense pas que l’on guérit vraiment de cela, en tout cas on n’oublie jamais cela, c’est un peu comme quelqu’un qui aurait vécu une E.M.I (N.D.E en anglais) qui aurait « vu » l’autre côté du miroir.

C’est très choquant et fatiguant psychologiquement de ressentir cet état, tout ce qui est normalement automatique et appris ne l’est plus, on en devient parfois perdu pour faire des choses très simple, on est vite dépassé par les évènements lorsqu’il s’agit de faire plusieurs choses, comme si l’on était « shooté » où que l’on avait 40 de fièvre, on est « là » sans être là , 50% de « nous » ici et 50% « ailleurs » ,on n’est plus « ancré » dans ce monde et pourtant on sait bien et on est conscient que c’est la seule alternative possible .

C’est le cerveau qui nous ment, alors est-ce neurologique, est-ce génétique, je pense que les spécialistes n’en savent rien pour l’instant, et comme beaucoup de personnes en souffre mais n’osent en parler (ce qui a été longtemps mon cas) de peur de passer pour des « dingues » les recherches n’avancent guère vu le % « déclarés »

Il existe un document très sérieux, une échelle de Cambridge avec un questionnaire de 29 questions c’est un doc intéressant je vous conseille de le remplir et de l’amener à votre praticien si vous souffrez de cela, cela peut éviter de ramer pendant des années à leur faire comprendre le problème.

Voici le lien

 

http://www.goodmedicine.org.uk/files/assessment,%20depersonalization,%20t.DOC

avatar de delphine thomas delphine thomasInscrit le 27/09/2012
(87 posts)

Posté le 13/09/2016 à 12h13

Merci pour le lien, le questionnaire est vraiment très intéressant.


avatar de tess tessInscrit le 20/10/2016
(1 post)

Posté le 20/10/2016 à 20h58

Bonjour

J'ai moi aussi ce syndrôme depuis près de 3 ans. Ca m'ai apparu lorsque j'en avais 15 et je viens enfin de mettre un mot de ce que je ressent pendant mes crises d'angoisses. C'est peut être bête mais cel me rassure de me dire que je ne suis pas la seule à sentir qu'a des moments je ne suis plus moi même comme à l'exterieur de mon corps et comme si je regardais juste un film de ma vie et que je n'étais plus moi même parce qu'à un moment j'ai voulu faire mes bagages et aller à l'asile sans prevenir personne. Je suis partie voir une psychologue pendant 2 ans qui n'a pas pu mettre un nom sur ce que je ressentais. Mais cela pèse au quotidien car j'ai peur que cela revienne et cette peur provoque des troubles de quelques minutes voir plus. Est ce que certaine personnes auraient des conseils pour le quotidien ou en cas de crises des choses a faire pour les atténuer.

Merci pour vos témoignages en tout cas

avatar de delphine thomas delphine thomasInscrit le 27/09/2012
(87 posts)

Posté le 21/10/2016 à 11h46

Bonjour tess,

Merci pour votre témoignage! C'est vrai qu'au-delà du trouble à gérer, se pose le problème du diagnostic. En effet, ne pas savoir de quoi on souffre exacerbe les angoisses liées à la dépersonnalisation et déréalisation.


avatar de drole2dame drole2dameInscrit le 10/01/2017
(1 post)

Posté le 10/01/2017 à 20h50

bonsoir

de mon coté mon premier épisode de DR a eu lieu à 12 ans (j'en ai 40 ans de plus) , je me rappelle très bien le jour, l'endroit et presque l'heure tellement cela a été flippant. le médecin consulté à cette époque là a dit à ma mère que j'étais trop nerveuse et m'a donnée du magnésium.

j'ai vécu ensuite plusieurs épisodes courts de DR que j'arrivais plus ou moins à "canaliser" jusqu'à mes 43 ans où suite à un bore out la DR est revenue 24h/24 durant 15 jours !! avec en prime une pensée intrusive de "mains qui ne semblaient pas m'appartenir" et qui tournait en boucle dans ma tête ..le médecin m'a mis sous AD et j'avoue que cela m'a "sauvée" de cette torture. ayant eu tellement peur de retrouver cette DR j'ai décidé de continuer mes AD durant 6 ans, où plus jamais elle ne s'est manifestée. Pourtant il y a un an j'ai décidé de tout arrêter je me pensais plus forte que tout et surtout j'en avais marre de prendre un cachet par jour pour aller mieux. j'ai été bien durant 6 mois aucun phénomène de sevrage incroyable d'après les psy ! malheureusement cela a été de courte durée puisque suite à un conflit avec ma mère, l'anxiété est réapparue, s'est exacerbée, la DR et la pensée intrusive avec :( j'ai donc repris mes AD, puis de nouveau je les ai arrêtés ainsi de suite pendant 1 an (chose à ne pas faire naturellement !!) jusqu'à dernièrement  où j'ai vraiment craqué car je n'allais pas bien et je suis retournée chez le médecin pour reprendre des AD pour cette fois, et je m'en suis fait la promesse, ne plus les arrêter.

Il est vraiment contrariant que les personnels soignants (psychiatres, psychologues, médecins généralistes) ne connaissent pas ou peu la DR/DP

mais une chose est sure, tant que vous ne l'avez pas vécue par vous même vous ne pouvez pas savoir, vous ne pouvez pas comprendre.

Je ne sais pas à ce jour si les AD que je pense prendre désormais toute ma vie auront un effet néfaste sur mon cerveau en vieillisant mais tout ce que je sais aujourd'hui c'est qu'ils me permettent de vivre ma vie pleinement, en étant bien ancré, et en sachant ce que je fais et ce que je veux ... de toute manière il n'est écrit nulle part que je vivrai jusqu'à 90 ans ou plus donc autant profiter de la vie maintenant même avec une médicamentation

 

 

avatar de delphine thomas delphine thomasInscrit le 27/09/2012
(87 posts)

Posté le 10/01/2017 à 22h21

Bonjour drole2dame,

Merci pour ce témoignage. C'est vrai que tant qu'on a pas vécu ce type d'expérience, on a du mal à imaginer ce qu'on peut ressentir. Ça a l'air assez terrifiant et même traumatisant. Heureusement que le traitement médical que vous suivez vous permet d'éviter de revivre de tels épisodes, même si effectivement, ça reste une réelle contrainte au quotidien...


avatar de tortensette tortensetteInscrit le 14/01/2017
(1 post)

Posté le 14/01/2017 à 00h14

 

Bonsoir,

 J'ai presque pleuré en lisant tous vos témoignages. C'est tellement soulageant de voir que je ne suis pas seule à ressentir ces choses étranges !

 J'ai 18 ans et ma première "virée" dans l'au-delà de ma tête s'est manifestée fin de mes 15 ans.J'avais d'ailleurs une soirée d'anniversaire d'une amie le lendemain et je restais dormir chez elle.Je ne comprenais vraiment pas ce qu'il m'arrivait, c'était la première fois que je ressentais ça, je me sentais vraiment étrange et extremement mal, pas moi-même, comme si j'étais au dessus de ma tête, voltigeant et assistant à tous mes faits et gestes tout en ne pouvant les contrôler. J'étais pleine de fatigue, je ne pensais qu'à dormir, à mon lit et j'aurais tout donné pour quelques minutes de sieste.A cette soirée il y avait de l'alcool et je me suis dit que ça partirait peut-être. Mais je suis restée raisonnable et j'ai été dormir dans le grenier avec quelques amis. (nous étions deux filles et quatre garcons)

Cette nuit restera malheureusement gravée dans ma mémoire.

Tout le monde dormait. J'étais épuisée et je dormais sur mon canapé quand mon ami m'a apppelé discrètement pour que je vienne le rejoindre sur le sien. J'ai fais comme si je n'entendais pas et j'ai continué à dormir. Il insistait de plus en plus alors j'ai grogné pour qu'il me laisse dormir. Mauvais plan, c'était le feu vert pour lui. Il s'est levé et est venu me chercher pour me porter jusqu'au sien. Je n'étais pas vraiment consciente et je ne pensais qu'à dormir alors j'ai fait tout ce qu'il m'a demandé. J'avais l'impression d'être un zombie et je faisais automatiquement des gestes que je n'avais jamais fait avant. Je faisais les choses, je savais que c'était mal mais je ne savais pas réagir. Mon corps était séparé de mon esprit, il n'y avait plus de liaison entre les deux. Je ne pouvais qu'observer mes propres gestes tout en étant terrifiée, alors je crois que mon cerveau s'est mis en pause et est parti momentanément.

 Le lendemain le garçon est parti avant que tout le monde ne se réveille. Je n'ai jamais pu lui en parler et personne n'est au courant de ce qu'il s'est passé sauf mes plus proches amis, dont certains n'ont pas manqué de me traiter de chaudasse ou de fille facile." Mais pourquoi tu ne lui as pas dit stop?" Pourquoi? Parce que je ne voulais pas réveiller les autres et que je n'étais pas vraiment dans ma tête à ce moment là et que je voulais dormir. J'ai dormi et comaté toute la semaine qui a suivi.

 

Après je me suis détestée, haïe, j'avais la rage et la honte contre moi-même, Pourquoi ne lui avais-je pas résisté?? Pourquoi n'avais-je pas dis non?? Pourquoi j'avais eu ça à la tête??

 Je n'ai plus jamais touché d'un garçon plus que ses lèvres et je mettais fin à mes relations au bout de 2 semaines maximum de peur de devoir aller plus loin si l'on continuait. On m'a dit plusieurs fois que du coup j'étais une fille méga instable.

 Cela fait maintenant 6 mois que je sors avec un garçon qui est super et avec qui je suis super bien. Je sais bien qu'à mon âge ça ne représente pas grand chose, que je suis jeune que je vais encore vivre pleins de trucs et que je ne vais sans doutes pas rester ma vie entière avec ce gars, mais il m'a aidé à passer au dessus de tous mes "traumatismes".

 Depuis ces vagues de dépersonnalisation-déréalisation sont tout à fait irrégulières, elles débarquent sans prévenir et me pourissent la vie, elles durent 10 à 15 jours et puis s'estompent. J'ai vu des médecins qui m'ont dit que c'étaient des problèmes d'alimentation, on a donc fait des tests qui coutaient la peau des fesses et qui n'ont rien donné. Des problèmes de tension, on a acheté un tensiomètre pour contrôler mais finalement ma tension est à chaque fois correcte. Qu'il fallait que je marche pour ma circulation, ça n'a rien donné non plus…

 La première fois que j'en ai parlé à mes parents ma mère m'a traité de manipulatrice (maintenant ca va beaucoup mieux), quand j'en parle à des amis (ce qui est rare),ils ont presque tous la même réaction :" Putain c'est trop cool en fait t'es défoncée sans avoir rien pris !!"

 Maintenant je deviens complètement parano d'avoir un début et je panique à chaque fois.

 Mais ne vous en faites pas je vis une vie normale là maintenant, parce que là je ne fais que me plaindre mais c'est juste que ça fait du bien de savoir qu'on va être compris et pas prise pour une tarée ;-p

 Merci beaucoup pour vos témoignages !

 

avatar de help7 help7Inscrit le 20/01/2017
(1 post)

Posté le 20/01/2017 à 22h51

Bonjour,

Une psychotherapeute m a parlé de la depersonnalisation cette semaine pour la premiere fois alors je recherche des informations pour essayer de comprendre si c est possible.

J ai 33 ans. Depuis toute petite j ai remarqué que je reflechi beaucoup plus que les autres. La premiere fois que je me suis rendu compte que je revai ou que j etais completemment deconnecté de la realité j avais 4 ans. Puis ceci m est arrivée à plusieurs reprises. Par exemple quand mon grand pere est mort j avais 9ans, je me souviens je me suis mise à pleurer puis j ai senti quelque chose comme de la colere peut etre et j ai eu envie de courir, dans ma course brutalement toute emotion se sont arretés nettes (comme traversée par la foudre puis je sens plus rien). je me suis aussi arreté net physiquement d ailleur et je me souviens m etre dis "c est comme dans un film". Puis toutes sortes de chose me sont arrivées dans la vie et pas des meilleurs (accident, violence etc...) et j ai tenu jusqu à aujourd hui. Il m est arrivée un couac au travail et j ai l impression de m effondrer et de devenir folle. C est pas la premiere fois mais là je me rend compte que j ai un probleme comme de blocage. Donc je cherche. Je n ai pas la pretention de savoir ce que j ai et je ne veux pas poser de diagnostic mais plus je lis sur la depersonnalisation, plus mon corps tremble. Es ce possible d etre tout le temps comme ca? que ca arrive soudainement plusieur fois dans la journée? c est tres fatiguant quand j en suis consciente.

C est possible de s en sortir? Merci pour votre aide?

 



Page : 1-2


Participez à la discussion !