S'inscrire












Se connecter











Mot de passe oublié?
Accueil > Forum > Les articles des chroniques > Discussion sur: Ruminations mentales : les conséquences d’un traumatisme

Discussion sur:
Ruminations mentales : les conséquences d’un traumatisme


Cette discussion contient 6 messages.

Page : 1

avatar de caro63 Inscrit le 11/04/2021
(3 posts)

Posté le 13/04/2021 à 09h08

Bonjour, 

J'ai suivi une analyse de 5 ans. Cette analyse a pris fin lorsque mon analyste a décidé de ne plus exercer en cabinet. 

Au terme de ces 5 années et à partir : d'un souvenir clair d'une situation dégueulasse produite dans ma petite enfance, de mon état de santé (endométriose à un stade avancé) et de tout ce que j'ai pu confié durant les séances, mon analyste m'interroge sur le lien entre les facteurs énoncés et cet ami de la famille qui "m'a tout appris". Je posais la question à mon analyste si cet ami de la famille m'avait sexuellement agressé. Mon analyste répondait que cela expliquerait notamment mon endométriose. Je me souviens qu'à ce moment là, j'ai été prise à la fois d'une peur intense et en même temps je n'admettais pas (et encore aujourd'hui j'ai beaucoup de mal à admettre) avoir été victime d'agression sexuelle de cet ami de la famille chez qui je restais beaucoup lorsque j'étais petite (de mes 3 ans à mes 7/8 ans). 

Suite à cette conclusion, mon analyse a donc pris fin. Eprouvant une grande loyauté vis à vis de mon analyste, je suis restée un an sans consulter qui que ce soit. Durant cette année sans suivi, j'ai été tourmentée (je le suis encore par moment) par des sensations, des souvenirs glauques, des cauchemars. 

Aujourd'hui, je suis une thérapie et pratique des séances EMDR. Cette pratique me permet de me souvenir clairement d'indices sur l'état d'esprit trouble de cet ami de la famille mais je ressens une grande résistance pour me souvenir d'une situation d'agression sexuelle. 

Cet ami de la famille est décédé, je n'ai pas donc pas la possibilité d'obtenir une affirmation ou infirmation de cette conclusion analytique. Par ailleurs, je suis en proie à une croyance qui m'interdit d'accuser sans preuves (je n'ai pas assez d'éléments (de souvenirs clairs) de l'agression sexuelle). Accuser sans preuves reviendrait à fortement alimenter mes sentiments de culpabilité, me renverrait fortement aussi à l'image d'une affabulatrice. J'ai la sensation de me retrouver dans une situation ambigüe et ne trouve pas la paix. 

J'ai voulu partager mon expérience sur ce forum. J'espère avoir été claire dans mon récit. J'avoue qu'à travers celui-ci je recherche une réponse, peut être du réconfort, en tout cas la paix! 

avatar de delphine thomas Inscrit le 27/09/2012
(115 posts)

Posté le 13/04/2021 à 14h25

Bonjour,

Merci pour votre témoignage. Alors je ne sais pas quelle est la situation déguelasse dont vous vous souvenez clairement, qui s'est produite pendant votre petite enfance, et sur laquelle s'est notamment appuyé votre analyste pour suggérer que vous avez certainement subi une agression sexuelle. Cependant, je suis quand même assez étonnée qu'il en soit arrivé à une telle conclusion, si lourde de conséquences, sans preuves réelles. D'autant que vous semblez vous-même très dubitative.

En fait, votre récit donne l'impression que vous êtes sortie de votre analyse encore plus troublée que vous ne l'étiez avant. Vous dîtes d'ailleurs vous-même que vous avez la sensation de vous retrouver dans une situation ambigüe dans laquelle vous ne trouvez pas la paix.

Heureusement, la thérapie EMDR semble vous aider à digérer vos souvenirs difficiles. Peut-être qu'elle vous aidera aussi à vous rappeler d'une situation d'agression sexuelle si vous en avez effectivement subi une. Le mieux serait peut-être d'essayer de vous laisser aller durant ces séances, c'est-à-dire de ne pas chercher à lutter contre une éventuelle résistance à certains souvenirs car cela risquerait au contraire de renforcer cette résistance, voire de créer de faux souvenirs, ce qui serait contre-productif.

Enfin, agir contre ses valeurs n'est pas non plus propice au bien-être. Aussi, accuser cet ami de la famille sans preuve risquerait de vous perturber encore davantage, notamment en vous faisant culpabiliser. C'est pourquoi il est sans doute préférable de continuer à agir selon vos principes. Ainsi, en restant fidèle à vous-même, vous vous placerez sans doute dans un état d'esprit plus propice à l'émergence de souvenirs authentiques.

avatar de caro63 Inscrit le 11/04/2021
(3 posts)

Posté le 13/04/2021 à 15h28
Bonjour Madame Thomas, 

Je vous remercie d'avoir pris le temps de lire mon message et d'y avoir répondu. 

Ce souvenir clair dégueulasse, je ne me sens pas capable de le décrire en détail ici, il s'agit d'un acte que j'ai commis pour "voir si ça faisait pareil" j'avais 3 / 4 ans. Quelques années plus tard, j'ai reproduis ce même acte dégueulasse lorsqu'un autre ami de la famille a profité d'un instant d'inattention de mon père pour me mettre les mains aux fesses, j'avais 10 ans. 

L'EMDR m'a permis de me souvenir qu'il agissait avec moi comme si j'étais sa petite copine. Il profitait de l'inattention de ma mère pour m'emmener dans un bar, voir son ami prêtre, au marché ou encore m'emmener dans un monastère en schooter (j'avais 3 ans ). Je me souviens clairement avoir été dans son bureau, il m'a prise sur ses genoux, il me montrait des icônes religieuses. Lorsque je me souviens clairement être sur ses genoux entrain de regarder les icônes, je me souviens clairement de ses mains et je ressens ses mains sur moi qui me tripotent, me chatouillent et j'entends ses ricanements. Je ressens sa barbe mal rasée sur mes joux, ca me pique, j'ai le souvenir plus ou moins clair qu'il insistait à vouloir m'embrasser et j'entends ses ricanements. La première fois que j'ai commis cet acte dégueulasse pour "voir si ca faisait pareil" j'étais chez lui, il m'a surprise, il m'a grondée et je n'ai pas compris pourquoi. 

Qu'en pensez-vous s'il vous plait?

avatar de delphine thomas Inscrit le 27/09/2012
(115 posts)

Posté le 13/04/2021 à 18h41

En me basant sur ces seuls souvenirs lointains mais néanmoins assez précis, j'aurais tendance à penser qu'ils ne suffisent pas à en déduire une agression sexuelle. En effet, même si les sensations que vous en avez gardées sont particulièrement désagréables, il n'est pas si évident de leur attribuer une connotation sexuelle. Car beaucoup de gestes que les adultes ont avec les enfants sont en fait peu appréciés par ces derniers. Par exemple, serrer un enfant fort dans ses bras, lui pincer ses joues potelées, lui faire plein de bisous, le chatouiller... ne lui procure pas forcément une sensation agréable, contrairement à ce que l'on pourrait penser. D'autant que les chatouilles sont souvent vécues par les enfants somme une sensation d'impuissance, car ils passent entièrement sous le contrôle de l'adulte qui les chatouille, sans pouvoir l'arrêter. Et cette expérience est encore plus mal vécue si cet adulte n'est pas l'un de ses parents. Si bien qu'à l'âge adulte, les souvenirs que l'on en garde peuvent parfois être troublants, voire inquiétants.

Néanmoins, je n'irais pas non plus jusqu'à en conclure que vous n'avez jamais subi d'abus sexuels. D'autant que, malgré tout, on ressent à travers votre récit l'impression d'une relation malsaine avec cet ami de la famille. Alors est-ce que c'était effectivement le cas ? Ou est-ce que cet homme était tout simplement maladroit avec les enfants ? La thérapie que vous suivez actuellement vous aidera sans doute à y voir plus clair, notamment avec l'émergence de souvenirs de plus en plus précis.

avatar de caro63 Inscrit le 11/04/2021
(3 posts)

Posté le 13/04/2021 à 18h54

Je vous remercie beaucoup, votre point de vue m'aide à me questionner aussi et faire des rapprochements avec des éléments que je ne souhaite pas dévoiler ici, par honte certainement. 

Je vous remercie encore. 

Bien cordialement. 

avatar de delphine thomas Inscrit le 27/09/2012
(115 posts)

Posté le 13/04/2021 à 19h00

Merci à vous ! Bonne soirée



Page : 1


Participez à la discussion !



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
En savoir plus