Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par Z > La définition de zazzo


La définition de Zazzo


René Zazzo, psychologue (1910-1995).René Zazzo est un psychologue français. Il est né à Paris, en 1910. Il est mort en 1995.


La formation de de Zazzo

Zazzo obtient d'abord une licence de philosophie à la Sorbonne, en 1931, puis un diplôme d'études supérieures de philosophie en 1932, et un certificat de physique en 1933. Ensuite, il effectue un stage à l'université Columbia en 1933, puis obtient une bourse qui lui permet un séjour de plusieurs mois à l'université Yale, sous la direction de Arnold Lucius Gesell à la Clinique du développement de l'enfant. Son passage à Yale est une expérience déterminante pour lui, car, ainsi qu'il le dit dans son autobiographie, il a appris de Gesell « le goût du fait précis », comme de Henri Wallon « le sens de la complexité du réel ».


Les travaux de Zazzo

Gesell autant que Wallon resteront tout au long de sa vie scientifique ses références principales, même si c'est auprès de Wallon que Zazzo a construit toute sa carrière. En effet, il devient en 1936 son collaborateur technique, puis en 1947, le directeur-adjoint du Laboratoire de psychobiologie de l'enfant, fondé et dirigé par Henri Wallon, enfin le directeur de ce même laboratoire en 1950.
À la même époque, il est professeur à l'Institut de psychologie et participe à la fondation de la psychologie scolaire en France. Spécialiste de la psychologie de l'enfant, il mène alors une double carrière d'homme de laboratoire et d'homme de terrain, tout à la fois enseignant-chercheur et clinicien, dirigeant le laboratoire de psychopathologie de l'hôpital Henri-Rousselle. En 1958, il soutient sa thèse de doctorat, dirigée par Jean Piaget sur les Jumeaux, le couple et la personne.


La grande lucidité scientifique de Zazzo

Courageux, sans a priori, parfois même iconoclaste, Zazzo s'est montré capable d'anticiper les grands courants modernes de la psychologie, d'en prendre la mesure et d'en rendre compte:

  • Il a su anticiper, en décelant, dès 1942, dans son premier ouvrage intitulé Psychologues et Psychologies d'Amérique, les prémisses du grand courant d'études américaines sur le développement qui se préparait effectivement, tandis que chacun considérait encore que les théories de l'apprentissage dominaient la scène aux États-Unis.

  • Il a su anticiper au niveau de ses recherches sur l'imitation néonatale, dont il découvrit le fait en 1945. Il ne publia ses études qu'en 1957, en raison du scepticisme conjugué de Piaget et de Wallon.

  • Il a su anticiper en comprenant l'importance de la découverte de Gallup. Ce dernier avait utilisé une tache rouge sur le nez du petit de Chimpanzé pour montrer que celui-ci, mis devant un miroir, essuie son nez, donc reconnaît son image. Avec le même critère pour de jeunes enfants humains, Zazzo montre l'antériorité de la connaissance sociale sur la reconnaissance de soi-même: les autres sont indispensables pour se repérer comme personne (Reflets de miroir et autres doubles, 1993).

  • Il a su traiter du thème de la gémellité de façon très originale, en soutenant la thèse selon laquelle plus les jumeaux se ressemblent physiquement, plus il leur est nécessaire de se distinguer dans leur personnalité, de façon à exister en tant que personnes, à manifester une identité (le Paradoxe des jumeaux, 1984).

  • Il a su prendre la mesure et rendre compte, notamment en regroupant, avec l'idée d'un colloque imaginaire sur l'Attachement (1974), les spécialistes mondiaux avec du domaine pour une entrée du concept, très utilisé aux États-Unis, mais alors ignoré en Europe francophone.

Sa carrière d'homme de terrain le mène à préciser les avancées de Alfred Binet avec ses collaborateurs du laboratoire d'Henri-Rousselle et du Laboratoire de psycho-biologie de l'enfant, non seulement dans une révision du test (Nouvelle Échelle métrique de l'intelligence, 1966) (N.E.M.I.), mais encore avec la présentation d'un ensemble de techniques permettant l'application du diagnostic progressif qu'il prônait (Manuel pour l'examen psychologique de l'enfant, 1960) et avec une analyse de la débilité (les Débilités mentales, 1979). Enfin, en 1962, il succéda à Wallon dans la direction la revue Enfance.


Autres termes psychologiques :