Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par V > La définition de vieillissement


La définition de Vieillissement


Le vieillissement désigne l'ensemble des transformations qui affectent la dernière période de la vie et qui constituent un processus de déclin. Celui-ci se caractérise par:

  • Un fléchissement de la vitalité.
  • Des modifications organiques par réduction des échanges.
  • Une déshydratation des tissus.
  • Une atrophie musculaire.
  • Un ralentissement des fonctions.
  • Une baisse générale des performances.

Ces déclins limitent progressivement les capacités d'adaptation. De fait, le vieillissement offre apparemment l'image inversée du développement. Il a d'ailleurs été décrit comme une involution.


L'intérêt croissant pour l'étude du vieillissement

L'allongement de la durée moyenne de vie, dans de nombreux pays dits développés a conduit à s'intéresser de plus en plus au vieillissement humain et à chercher les moyens d'en corriger ou d'en ralentir le décours. Les buts avoués sont de deux ordres:

  • Humanitaires: il s'agit de rendre à la personne âgée le respect de soi et la confiance car l'affaiblissement de la vieillesse est souvent mal vécu. En effet, cette une idée reçue est intériorisée et confirmée par les changements de statut social (par exemple, la mise à la retraite).

  • Socio-économiques: il s'agit d'améliorer le rendement, ou de réduire les coûts sociaux, de la part non négligeable de population que forment les individus démographiquement classés dans les troisième et quatrième âges.

Par ailleurs, la science du vieillissement, appelée gérontologie, n'a pris son essor que depuis les années 1960 . Elle réunit les contributions de plusieurs disciplines, notamment la biologie, la psychologie, la sociologie et l'économie.


Le vieillissement psychique

Le vieillissement psychique a été révélé avec brutalité par la détérioration des performances aux tests, notamment aux tests mosaïques d'intelligence. Il a d'abord été considéré comme un phénomène naturel qu'il était malséant ou inutile de vouloir élucider.
Aujourd'hui, on applique les méthodes d'étude du développement (suivis longitudinaux et comparaisons transversales) avec succès à l'étude du vieillissement. On y a diversifié les objets d'étude suivant la détermination des domaines et les rythmes de changement repérés ou subsumés, l'influence des facteurs d'expérience, la prise en compte des conditions de vie et des différences interindividuelles.


Les différences interindividuelles

Le vieillissement ne peut plus être considéré comme un processus uniquement involutif et ne se réduit plus à une décadence globale. En effet, l'inventaire des changements comportementaux dus à l'âge dans les grandes fonctions mentales (la perception, la mémoire, la résolution de problèmes, l'émotivité) a fait apparaître quelques gains, des permanences et des compensations qui s'opposent à une réduction néanmoins notable des capacités. Comme dans l'étude du développement, l'intérêt actuel porté aux stratégies révèle un nombre de potentialités utilisables plus grand qu'on ne le supposait, le maintien d'une plasticité nerveuse plus étendue et une flexibilité comportementale plus grande que ne le laissaient voir les études de performances et les tests psychométriques.
En outre, la réduction du nombre des neurones et l'appauvrissement des connexions synaptiques n'affectent pas identiquement toutes les structures et les régions cérébrales. Ces caractères différentiels et hétérochrones se retrouvent dans les comportements. Le maintien de l'attention focalisée, la mémorisation à court et à long terme, les discriminations perceptives, la fluidité verbale, le raisonnement ne se détériorent pas au même taux ni au même rythme.


Le vieillissement pathologique

Aujourd'hui, les pathologies du vieillissement constituent un champ de recherche assez large. C'est surtout la maladie d'Alzheimer, autrefois appelée démence sénile, qui retient l'attention. Mais les amnésies de fixation, qui entraînent des troubles de la mémoire à court terme, les amnésies dites rétrogrades (le patient se rappelle plus facilement les souvenirs les plus anciens que les plus récents), les troubles spatiaux et les troubles de la personnalité liés à l'âge font aussi l'objet d'études plus systématiques que par le passé. Aussi, ces études alimentent un débat renouvelé sur les rapports du normal et du pathologique, dont l'enjeu déborde les domaines de la gérontologie.


Autres termes psychologiques :