Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par V > La définition de victimologie


La définition de Victimologie


La victimologie désigne l'étude de la personnalité des victimes de délits ou de crimes, de leur statut psychosocial et de leurs relations affectives avec leur agresseur.


La naissance de la victimologie

La victimologie est une branche de la criminologie. Elle est apparue au début des années 1950, notamment après la parution du livre de Hans von Hentig, The Criminal and his Victim, en 1958. En effet, avec cet ouvrage on étudiait pour la première fois le rôle des victimes dans la criminogenèse. Jusque-là, on n'avait vu que l'aspect passif et malchanceux de ce statut. Désormais, on allait décrire les prédispositions victimogènes.


Le potentiel de victimité

La victime latente est celle sur laquelle va peser un potentiel de victimité. celui-ci se caractérise par trois séries de facteurs:

  • Des facteurs d'ordre physique: on retrouve un âge s'écartant de la moyenne du groupe (les personnes âgées ou au contraire les très jeunes). On retrouve également des singularités morphologiques ou physiques (un handicap sensori-moteur, un gigantisme ou un nanisme, une laideur, une maladie chronique, etc...).

  • Des facteurs psychologiques: ils sont du type médiocrité intellectuelle, faiblesse de jugement, naïveté ou mentalité fruste, ou encore hypoculturée.

  • Des facteurs sociaux: cela peut être la différence culturelle, l'appartenance à un groupe minoritaire dans la société (les immigrants, les nouveaux citadins, les membres d'une religion ou d'une ethnie marginales) ou à une classe socio-économique extrême (une richesse ou au contraire une grande pauvreté).

Outre ces trois facteurs, on retrouve également d'autres prédisposants tels que la possession d'un patronyme ou d'un surnom ridicules et l'exercice par les parents d'une profession décriée.


La victime-née et le criminel-victime

On a tenté d'individualiser, d'une part, une victime-née ayant une personnalité particulièrement névrotique, avec des caractéristiques masochistes et un comportement d'échec habituel, et d'autre part, le criminel-victime capable de devenir successivement ou simultanément le criminel et la victime.
Ces individus, dont la structure névrotique est de type sadomasochiste, ont souvent un puissant sentiment inconscient de culpabilité et vont trouver un grand soulagement lorsqu'ils pourront rattacher leur culpabilité à un événement réel.
D'ailleurs, on ne peut séparer l'agresseur de sa victime lorsqu'on étudie des comportements de persécution. Il y a entre les deux tout un complexe de réactions symétriques, complémentaires et répétitives, formant un véritable ensemble victimogène insécable.


Autres termes psychologiques :