Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par V > La définition de validité


La définition de Validité


La validité désigne la propriété pour un modèle, un énoncé général, un concept, un indicateur, un test, etc..., de correspondre de façon appropriée à ce dont il est censé rendre compte. Dans ce sens, ce terme renvoie à la relation qui existe entre la théorie et la réalité empirique qu'elle est supposée représenter. Si on prend l'exemple des modèles en psychologie, on peut dire qu'ils ont des caractéristiques ou des qualités qui leur sont propres (la cohérence, la simplicité, etc...). Mais ils doivent également entretenir une relation convenable avec les données empiriques, c'est-à-dire qu'ils doivent être valide.


La validité des modèles

La notion de validité a une parenté étroite avec celle de vrai empirique (c'est-à-dire conforme à la réalité). En effet, dire qu'un modèle est valide, c'est dire, d'une part, que les entités qu'il utilise (par exemple des processus, des représentations, des motivations, etc...) ont une certaine forme de réalité et, d'autre part, que les énoncés qu'il contient (par exemple « le niveau de motivation modifie la rapidité des processus de perception ») sont vrais.
Il revient à chaque auteur ou utilisateur de modèle, en fonction du cadre épistémologique dans lequel il se situe, de s'inscrire sous une définition de ces termes théoriques et de fixer du même coup les conditions auxquelles il prétend disposer d'un modèle valide. La même idée s'applique également:

  • Aux hypothèses élémentaires: ce sont généralement des énoncés qui relèvent du jugement vrai/faux, avec les degrés de plausibilité ou d'approximation qu'on peut désirer leur associer.
  • Aux concepts: leur extension et leur compréhension doivent être définies.
  • Aux instruments de mesure.
  • Aux indicateurs.
  • Aux tests: les conditions standards de validité sont en général définies en termes de valeur prédictive, c'est-à-dire, concrètement, au moyen d'une valeur de la corrélation avec ce à quoi ils sont censés se rapporter (intelligence, niveau de développement, trait de personnalité, capacité dans une tâche ou un métier, etc...).

Par ailleurs, toutes les notions théoriques de la psychologie sont justiciables d'une validation continue, dans laquelle ils sont confrontés à des données. Les règles de la méthodologie fixent, sur des bases rationnelles, les exigences auxquelles doit se plier une validation systématique. Les éléments théoriques peuvent, dans ce processus, être à tout moment, soit rejetés comme non valides, soit améliorés, soit acceptés comme provisoirement valides.


La validité en logique

En logique, la validité correspond à la propriété, pour un raisonnement, de conserver la valeur de vérité de ses prémisses. Aussi, ce mot valide, appliqué à un raisonnement, ne concerne pas du tout les relations au réel, aux données empiriques, des énoncés qu'il contient. En effet, ces relations sont décrites par la sémantique.
Valide qualifie un raisonnement particulier qui se déroule salva veritate, c'est-à-dire en sauvegardant la vérité. En principe, les règles de cette sauvegarde sont purement formelles. Le mot valide s'applique encore plus directement aux schémas de raisonnement, entièrement formels, qui garantissent que la vérité sera sauvegardée.


La validité d'un point de vue différentiel

D'un point de vue différentiel, la validité désigne la justification de l'interprétation qui est donnée à un test. La validité a été longtemps définie comme la qualité d'un test mesurant effectivement ce qu'il est censé mesurer. Aujourd'hui, on préfère définir la notion de validité par référence à l'interprétation qui est donnée des résultats d'un test. C'est cette interprétation qui est valide ou non, c'est-à-dire fondée ou non.
Ainsi, on pourra dire qu'un test est valide dans la mesure où les résultats qu'il fournit ont bien la signification que leur attribue l'utilisateur. Par exemple, si le test vise à évaluer le niveau global en mathématiques d'élèves de la classe de seconde, ses questions doivent porter sur l'ensemble du programme de cette classe. Si le test est interprété comme fournissant une indication relative à un certain critère (par exemple, la note scolaire), il devra se trouver en corrélation suffisante avec ce critère évalué au même moment, ou avec la valeur prise par le critère ultérieurement à l'examen par test. Si l'utilisation du test a pour but de mettre à l'épreuve une certaine hypothèse sur une caractéristique individuelle, il faudra que des conséquences observables puissent être déduites de cette hypothèse et soumises à vérification empirique.


Autres termes psychologiques :