Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par T > La définition de type


La définition de Type


Le type désigne la représentation d'un individu, choisie pour fournir une référence à la description d'individus concrets. La notion de type peut prendre deux contenus très différents: il peut être idéal ou empirique.


Le type idéal

Il s'agit d'une construction abstraite d'une personne qui a pu n'être jamais observée. Ce type idéal peut présenter tous les caractères, dont certains d'entre eux, éventuellement différents d'une personne à une autre, suffisent pour définir une catégorie de personnes (par exemple, l'ensemble des symptômes dont quelques-uns suffisent pour qu'une certaine maladie soit diagnostiquée).
Dans une population d'individus définie par une seule dimension, des types idéaux peuvent être imaginés aux deux extrémités de cette dimension même si aucun individu réel n'occupe ces extrémités. Dans des cas de ce genre (uni ou multidimensionnels), les types idéaux peuvent être appelés aussi des types polaires.


Le type empirique

Le type peut être empirique et représenter alors le mode ou la moyenne d'un groupe de personnes relativement peu différentes les unes des autres et relativement nombreuses dans la population. Il arrive souvent, dans une population définie par une dimension (par exemple, la taille), que de nombreux individus se rassemblent autour de la valeur modale, qui peut être aussi la valeur moyenne. Le type empirique est alors défini par le mode ou cette moyenne et il peut aussi être appelé type modal. Il en va de même si la population est définie par plusieurs dimensions.


L'évolution de la notion de type en psychologie différentielle

L'usage de la notion de type a beaucoup évolué en psychologie différentielle. En effet, les types idéaux ne sont plus guère invoqués, et des types empiriques observables dans la population générale ne sont plus guère recherchés. On s'intéresse seulement à des groupements d'individus beaucoup plus limités, présentant des profils voisins dans une population particulière.
La présence de tels groupes est recherchée ou vérifiée par des méthodes beaucoup plus précises. Chaque individu, étant évalué sur plusieurs variables, peut être représenté par un point dans l'espace de ces variables. On peut alors chercher s'il existe dans cet espace des agglomérats relativement distincts formés autour de maxima de densité (modes multidimensionnels). C'est une analyse en groupes de personnes qui s'opère en utilisant les distances entre les points représentant les personnes.
On peut également aborder le problème sous un angle voisin en utilisant l'analyse factorielle entre personnes. Des corrélations entre personnes peuvent, à certaines conditions, être calculées, chaque personne étant représentée par la série des mesures qui la caractérisent dans un certain ensemble de variables, le même pour toutes les personnes. L'analyse de ces corrélations fournit des facteurs de personnes. Ainsi, de même que la corrélation entre deux variables peut être expliquée par leur régression sur un facteur de variable qui leur est commun, de même la ressemblance entre deux personnes peut être expliquée par leur ressemblance commune avec une personne théorique, le facteur de personnes. Ce facteur est comparable à un type empirique. En effet, c'est un profil de notes dont chacune est la moyenne pondérée des notes obtenues par des sujets observés. Mais, contrairement au type empirique défini par un groupe d'observations, rien ne prouve que plusieurs personnes réelles se grouperont autour du facteur de personnes. L'observation des personnes réelles dans l'espace des facteurs de personnes peut ou non révéler de tels groupements, qui, s'ils existent, pourront servir à localiser par rotation les facteurs de personnes. Si l'on procède ainsi, ces facteurs deviendront alors les axes de faisceaux de personnes.


La différence entre le type et l'occurrence

En linguistique, on a établi une distinction qui porte sur les mots et leurs formes. Si l'on veut compter le nombre de mots que comporte un texte, on constate immédiatement que certains mots sont utilisés plusieurs fois, soit sous une forme unique, soit sous diverses formes (par exemple, tantôt au singulier, tantôt au pluriel ou à des formes de conjugaison pour un verbe). On peut donc faire deux décomptes distincts:

  • Dans le premier: chaque apparition est comptée pour un mot. On dira alors que l'on compte les mots occurrences.
  • Dans le second: ce qui est compté pour un mot, c'est une multiplicité d'apparitions d'une même unité lexicale. On dira alors que l'on compte les mots types. Ce sont ceux-ci qui sont présentés dans un dictionnaire.

Cette distinction est utilisée par analogie en psychologie cognitive. Par exemple, elle peut être appliquée au domaine des représentations. On considérera alors qu'une représentation en mémoire à long terme (par exemple, la représentation imagée qu'une personne possède de la Joconde) est une représentation type. Au contraire, on dira, à propos de chaque occasion dans laquelle cette personne se représente de façon actuelle l'image mentale de la Joconde, qu'il s'agit là d'une représentation occurrence.
Une autre façon d'exprimer la même distinction consiste à dire que les représentations occurrences correspondent à des événements mentaux alors que les représentations types correspondent à des structures mnémoniques ou cognitives.


Les types en mathématique et en logique

En mathématiques ou en logique, certaines entités abstraites peuvent être classées en différentes sortes ou types. De même, en psychologie, on distingue parfois plusieurs types de connaissances (par exemple, déclaratives ou procédurales), plusieurs types de représentations (par exemple, propositionnelles ou analogiques), plusieurs types de raisonnements, etc...


Le type A et le type B

Le type A correspond à l'ensemble des individus ayant en commun un ensemble bien structuré de comportements qui caractérise leur façon d'appréhender leur vie quotidienne. Ces comportements sont marqués notamment par:

  • L'esprit de compétition et le désir de réussite sociale ou professionnelle.
  • L'hyperactivité.
  • L'impatience.
  • Le sentiment de l'urgence du temps.
  • Une tension qui se traduit sur la mimique faciale et qui peut être interprétée comme traduisant de l'hostilité vis-à-vis des autres.

Le type B représente l'opposé du type A.


Autres termes psychologiques :