Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par T > La définition de travail


La définition de Travail



La mémoire de travail

Il s'agit d'un dispositif cognitif hypothétique, dont la double fonction est de conserver l'information et de la traiter. Cette notion hypothétique s'est substituée partiellement à celle de mémoire à court terme en portant l'accent sur les transformations de l'information. On suppose alors que cette dernière est conservée aussi longtemps que cela est nécessaire pour son traitement.
Il existe deux grandes conceptions de la mémoire de travail:

  • Dans la première conception: on la considère, à l'instar de la mémoire à court terme, comme une sorte de registre mnémonique dans lequel l'information entre et est traitée, puis duquel cette information est extraite et transférée dans la mémoire à long terme.
  • Dans la seconde conception: la mémoire de travail est considérée comme la partie active (ou activée) de la mémoire à long terme.

La psychologie du travail

Il s'agit d'une discipline de recherche et d'intervention de la psychologie qui a pour objet d'étude l'ensemble des facteurs individuels, sociaux et structurels qui influençent les conduites au travail. Cette notion de conduite, qui fait référence explicitement à l'homme (opérateur), permet de mieux distinguer la psychologie du travail de l'ergonomie et rend compte de son caractère de discipline transversale. En effet, la conduite, non réductible à l'activité, renvoie à ce qui est directement observable et à ce qui peut être inféré grâce à l'analyse des actions mais aussi des verbalisations (orales et écrites), à savoir les processus de recherche et de sélection de l'information et les procédures de raisonnement et d'anticipation de l'action.
L'analyse de la conduite permet de redéfinir la tâche telle qu'elle est appréhendée, comprise et exécutée et aboutit par conséquent à distinguer la tâche prescrite de la tâche effective. Les aspects cognitifs, affectifs, sociaux et contextuels professionnels mais aussi extra-professionnels de la situation de travail, sont alors pris en compte. Dès lors, il convient de concevoir la psychologie du travail comme étant, dans un contexte particulier, le lieu de rencontre des autres disciplines de la psychologie (la psychologie sociale, la psychologie différentielle, la psychologie cognitive, la psychologie des organisations) mais aussi de la psychophysiologie, de la médecine et de l'ergonomie.


Les conditions de travail

L'ensemble des relations homme-machine et homme-environnement implique l'analyse des conditions de travail que la psychologie du travail partage avec l'ergonomie et la médecine lorsqu'il s'agit d'étudier, par exemple, les astreintes au travail, les effets des contraintes matérielles et environnementales, l'adéquation des postes, les dysfonctionnements et les accidents. L'analyse des conséquences immédiates ou différées des conditions de travail sur l'individu (l'absentéisme, les pathologies générales ou spécifiques à un métier, etc...) et sur la vie hors travail peut être rattachée à ce premier domaine. Aussi, la convergence des progrès en psychologie cognitive, de l'évolution des technologies et de la prise en compte des aspects mentaux dans l'analyse globale de l'activité a suscité l'émergence d'une psychologie cognitive du travail. Il s'agit d'un champ d'investigation qui appréhende les aspects cognitifs du travail dans une perspective descriptive et explicative, mais qui a également une finalité d'aménagement.
La psychologie cognitive du travail concerne essentiellement l'ensemble des activités mentales liées au recueil des informations pertinentes, à leur analyse et parfois à leur maintien en mémoire. Ces activités aboutissent à une prise de décision, suivie éventuellement d'une action appropriée, dans l'exécution d'une tâche. L'analyse de ces différents aspects cognitifs du travail implique de considérer non seulement l'individu seul mais aussi, selon la situation, l'individu en relation avec d'autres. De cette façon, on peut analyser les processus mis en jeu dans les stratégies et les modes opératoires, les dysfonctionnements, l'apprentissage des procédures, la planification de l'action.
Cette démarche d'analyse peut être complétée par des propositions d'aménagement des situations et des procédures de travail concernant notamment la prise d'informations, l'analyse et le traitement de ces informations, la représentation mentale d'un ensemble complexe et enfin le stockage de l'information sur des supports informatisés.


La communication, la hiérarchie et la motivation

Le deuxième thème d'étude de la psychologie du travail concerne la dimension sociale et structurelle du travail. Celle-ci influence les communications, les rapports d'autorité et hiérarchiques, le degré de motivation, de satisfaction et d'implication dans le travail. On peut également rattacher à cette dimension la résolution des conflits par la négociation et la concertation.
Les psychologues ont largement contribué à démonter que la motivation au travail ne pouvait être réduite à la recherche d'avantages financiers. Le besoin de réussir sa vie professionnelle sans mettre en question les aspirations maritales et familiales, le besoin de se réaliser avec un minimum de liberté sont autant d'éléments à considérer dans la définition des fonctions au sein de l'entreprise.
L'accomplissement de soi, la reconnaissance par autrui, le désir d'avoir une responsabilité effective, la nécessité de progresser dans son travail sont des facteurs motivateurs qui seront d'autant mieux satisfaits que les attributs de la tâche seront diversifiés. S'agissant des communications au sein de l'unité de travail, il a été démontré qu'elles constituaient un élément important qui permet, d'une part, la transmission des informations nécessaires à l'exécution des tâches à tous les niveaux, et d'autre part, d'assurer et de renforcer la cohérence et la cohésion entre les différents acteurs. Dans ce domaine, on distingue:

  • La communication verticale (ascendante ou descendante): elle implique plusieurs niveaux hiérarchiques.
  • La communication horizontale entre personnes de même niveau.

On retrouve dans ces deux exemples liés à la motivation et à la communication le cadre social du travail, à savoir ce qui relève de l'organisation formelle et informelle, des rapports hiérarchiques et de l'expression des salariés.


Les temps forts d'une vie professionnelle

Le troisième champ d'étude concerne tout ce qui constitue les temps forts de la carrière professionnelle des salariés (l'orientation, le recrutement, la formation interne et externe, le départ à la retraite, le chômage). Il s'agit en fait de ce qu'on appelle désormais la gestion des ressources humaines. Celle-ci implique évidemment une bonne connaissance du contexte de travail et des fonctions assumées par l'ensemble des travailleurs, mais aussi l'utilisation conjointe de méthodes d'évaluation et de transmission des connaissances et des instruments de mesure des aptitudes et de description de la personnalité.
L'évolution technologique et socio-économique s'accélérant, il convient de veiller constamment à ce que chacun occupe la fonction correspondant à ses compétences présentes ou en devenir, mais aussi à ses aspirations, compte tenu de l'ensemble des contraintes matérielles, financières et économiques de l'unité de travail. Pour atteindre cet objectif, le psychologue du travail fait largement appel aux méthodes et connaissances de la psychologie de l'apprentissage, de la personnalité et de la psychologie différentielle, mais aussi de la psychologie des organisations.


Les effets du changement

Le dernier thème est centré sur l'analyse des changements sociaux et techniques produits par l'évolution générale des métiers, par les nouvelles méthodes de production et de gestion et par l'émergence des nouvelles technologies.
L'introduction de l'informatique dans le monde du travail a provoqué une véritable révolution dont il importe d'apprécier les effets bénéfiques et négatifs pour qu'elle puisse être véritablement un facteur d'amélioration des conditions de travail et non une cause supplémentaire d'astreintes diverses. L'analyse doit évidemment porter sur l'ensemble des conséquences aux plans matériels, humains, sociaux et structurels.
En somme, ce thème illustre la nécessité et la richesse de l'approche multivariée qui constitue la caractéristique essentielle de la psychologie du travail contemporaine.


Le travail du deuil

Il s'agit du processus par lequel l'individu lutte contre la réaction dépressive, provoquée chez lui par la perte d'un être cher.


Autres termes psychologiques :