Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par S > La définition de surdité


La définition de Surdité


La surdité désigne une déficience auditive dont le degré de gravité permet de classer les individus atteints en quatre catégories:

  • malentendant,
  • demi-sourd léger,
  • demi-sourd profond,
  • sourd complet.

La surdité au plan développemental

Le fait que la surdité existe dès la naissance ou apparaisse plus tard a d'importants retentissements sur le développement psychologique de l'enfant. Lorsque la surdité survient au-delà de 6 ans, la parole peut être conservée. En revanche, bien qu'ils gazouillent comme les nourrissons entendants, les nourrissons sourds de naissance cessent à partir de 6 mois d'émettre des sons, ils sont sourds-muets. Seule une rééducation peut alors leur permettre d'acquérir un langage.
L'enfant sourd peut communiquer avec son entourage, soit par l'intermédiaire de codes gestuels, soit par le langage oral grâce à l'apprentissage de la lecture sur les lèvres et l'utilisation de son système phonateur (démutisation). La plupart des réserves émises à l'encontre d'un apprentissage gestuel précoce (perte de temps, interférence avec l'apprentissage oral, etc...) suivi de démutisation, se sont révélées injustifiées. Aussi l'association des deux modes de communication, orale et gestuelle, apparaît-elle actuellement la plus souhaitable.


Les différences entre les enfants sourds et les enfants entendants

La supériorité intellectuelle qu'un sourd tardif a sur un sourd congénital est indéniable. Mais, en dépit de multiples recherches, on ne peut pas dire avec certitude si la surdité entraîne un simple ralentissement du rythme des acquisitions cognitives ou une différence de nature du développement intellectuel.
Les enfants sourds utilisent mieux leurs capacités visuelles, percevant plus vite, avec plus de détails, que les entendants. Ils fournissent des performances équivalentes à celles des entendants dans les épreuves d'intelligence pratique. En outre, ils accusent un retard important dans l'appréhension des relations spatiales et temporelles non immédiatement perceptibles et un retard, d'ampleur variable selon la technique employée, dans diverses épreuves piagétiennes (conservation, sériation, transitivité, etc...).
Certains auteurs attribuent les différences observées entre enfants sourds et enfants entendants au retentissement du déficit langagier. En effet, le langage favorise l'étiquetage, les stratégies d'exécution et de mise en mémoire et, par conséquent, les apprentissages. D'autres auteurs considèrent que l'appauvrissement du milieu social, dû à l'absence de communication normale, est à l'origine des déficits observés. Selon eux, l'enfant sourd souffre des mêmes handicaps que l'enfant appartenant à un milieu socio-économique défavorisé.


Autres termes psychologiques :