Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par S > La définition de sophrologie


La définition de Sophrologie


La sophrologie est une doctrine visant à assurer l'harmonie de la conscience. Elle repose sur des techniques de relaxation simple, issues de la pratique hypnotique et des techniques de relaxation dynamique, inspirées de philosophies orientales.


Les sous-domaines de la sophrologie

C'est Alfonso Caycedo qui a introduit le terme sophrologie, vers 1960. Celle-ci recouvre à la fois des pratiques et toute une école scientifique étudiant la conscience et ses modifications dans un dessein pédagogique, prophylactique et thérapeutique.
C'est pourquoi la sophrologie comprend trois parties différentes:

  • La sophropédagogie: pour favoriser ou améliorer certains apprentissages (par exemple, la préparation aux examens, la préparation à l'accouchement, la préparation aux compétitions sportives, etc...).
  • La sophrophylaxie: il s'agit d'une technique d'épanouissement de la personnalité et de prévention des états pathologiques.
  • La sophrothérapie: elle est exclusivement réservée aux thérapeutes, médecins, sages-femmes, kinésithérapeutes, infirmiers, psychologues, qui utilisent cette méthode dans un dessein purement thérapeutique.

Par ailleurs, les sophrothérapeutes exerçant en France sont formés soit par des centres régionaux, soit par des centres nationaux et sont, en général, rattachés à la Société française de sophrologie.


Les deux niveaux de technique

Il faut distinguer deux niveaux de technique:

  • La technique de base: elle est dérivé de l'hypnose, de la relaxation simple et passive. Elle est assez proche du degré inférieur du training autogène.

  • La relaxation dynamique d'inspiration orientale: elle tout à fait spécifique à la sophrologie. On peut y différencier trois degrés.
    La relaxation du premier degré, d'origine hindoue, va comprendre une série d'exercices en position debout, entraînant des effets physiologiques précis, à la suite desquels l'individu s'allonge et se met en état de relaxation. Au cours de cette pratique, le patient va vivre et exprimer toutes ses angoisses et, en particulier, l'angoisse de mort. Aussi, comme dans les thérapies comportementales, la répétition des séances va permettre d'en atténuer l'intensité. L'individu apprend également à faire le vide de ses préoccupations pour se concentrer sur un objet.
    La relaxation du deuxième degré est associée à des thèmes de méditations tibétaines. Elle s'accompagne d'exercices mis au point par Caycedo lui-même. D'abord en position debout, puis en position assise, l'individu va particulièrement ressentir son schéma corporel et être confronté à l'angoisse de morcellement. Des exercices respiratoires particuliers vont lui permettre ensuite de retrouver une certaine harmonie fonctionnelle de son corps, pouvant s'accompagner d'un véritable état de plaisir.
    Enfin, la relaxation du troisième degré, d'inspiration zen, serait un véritable apprentissage de folie apprivoisée ou de délire contrôlé. Lorsqu'elle est dirigée par des thérapeutes incompétents et sur des individus fragiles, elle peut entraîner de véritables décompensations psychotiques.

C'est pourquoi la sophrothérapie, qui peut soulager de nombreux patients et apporter une aide précieuse dans la préparation anesthésique, en réanimation, en algologie et dans le suivi de nombreuses interventions chirurgicales, ne peut être pratiquée que par des spécialistes à la fois bien formés et qualifiés dans la spécialité médico-chirurgicale où ils vont l'utiliser.


Autres termes psychologiques :