Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par R > La définition de relief


La définition de Relief


Le relief désigne l'ensemble des saillies et des creux perçus sur une surface. La terminologie anglophone ne distingue pas profondeur et relief. C'est une propriété des objets et des surfaces indépendante de leur relation avec l'individu. La perception du relief est fondée sur le traitement de divers ordres d'informations physiologiques ou picturales.


Le relief dans le traitement cognitif

Le relief correspond également à la propriété d'une partie, d'un attribut ou d'un aspect d'une représentation qui détermine l'importance que ceux-ci prennent dans le traitement cognitif.
La notion de relief vient de l'observation générale suivante: dans la plupart des tâches cognitives, les individus manifestent une tendance spontanée à prendre en considération ou à traiter préférentiellement certains aspects de la situation. En outre, il existe des régularités dans ces traitements cognitifs préférentiels. Ainsi, si un aspect a été pris en considération une fois, on peut s'attendre à ce qu'il le soit aussi dans d'autres situations comparables. On a conceptualisé ces observations en disant que ces aspects des situations sont plus saillants ou ont plus de relief que les autres.
Généralement, on considère que cette propriété s'applique bien aux attributs, considérés comme une donnée constitutive, non pas tant des situations que des représentations. Dans une représentation d'objet, les attributs correspondent aux propriétés de l'objet. Par exemple, une tasse peut être caractérisée par des attributs perceptifs comme sa forme, sa taille, sa couleur, son ornementation, sa matière, etc... Elle peut l'être aussi par d'autres attributs plus abstraits ou plus fonctionnels comme son volume, sa composition chimique, sa solidité aux chocs, sa conductibilité de la chaleur, sa beauté, son prix, etc... Lors d'un traitement cognitif, ces attributs n'ont pas tous le même poids, le même relief. En effet, l'individu ne leur accorde pas la même importance, tout en demeurant en général non conscient de ces préférences.
La notion de relief peut aussi s'appliquer à des parties d'une représentation. Ainsi, on dira que les ailes sont une partie qui a un fort relief à l'intérieur d'une représentation d'oiseau, comparativement aux pattes ou au ventre. Ce poids relatif dépend des situations et il existe d'importants effets de contexte qui modulent le relief. Néanmoins, la hiérarchie des attributs ou des parties conserve une bonne stabilité à travers les différentes situations.


Le relief au plan développemental

Le relief des attributs évolue au cours du développement cognitif. Un exemple facilement observable, de préférence pour un attribut, est le rôle que joue la couleur chez de jeunes enfants. Dans de multiples situations de la vie courante, ceux-ci tiennent compte prioritairement de la couleur, beaucoup plus que des autres attributs. On peut assez bien montrer cela expérimentalement au moyen d'une tâche de classification d'objets artificiels, basée sur la consigne: « Mets ensemble ceux qui sont pareils. » On constatera alors une tendance première à classifier en fonction de la couleur. On dira dès lors qu'aux âges précoces la couleur a un relief très élevé ou qu'elle est très saillante. Un autre attribut qui a un relief élevé chez les enfants est le mouvement.
Le développement cognitif fait, en principe, régresser le relief de ces attributs et augmenter celui de certains autres, telles la forme ou la fonction. Chez les adultes, le relief des différents attributs varie beaucoup entre les individus. Toutefois, on peut distinguer de façon globale entre les individus qui accordent un relief élevé aux attributs perceptifs, immédiatement saisissables, et ceux qui tiennent davantage compte d'attributs non perceptifs, abstraits. Ces derniers incluent notamment les propriétés arithmétiques et géométriques, puis scientifiques.
Le développement cognitif rend aussi plus facile la modification du relief en fonction des situations, c'est-à-dire de sa flexibilité. Des recherches sur la résolution de problèmes scolaires chez des enfants de 8 à 14 ans ont bien montré que leur réussite dépendait amplement de leur capacité à tenir compte des attributs pertinents pour la situation et à négliger les autres. Une condition de cette réussite est alors que le relief des attributs concrets, assez souvent non pertinents, ne soit pas trop élevé et trop dominant.
Par ailleurs, le fait que le contexte puisse faire varier le relief des attributs selon les exigences d'une situation particulière dépend ainsi beaucoup de la hiérarchie et, surtout, de la flexibilité du relief des attributs.


Autres termes psychologiques :