Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par P > La définition de punition


La définition de Punition


Une punition correspond à une situation d'apprentissage dans laquelle un comportement est suivi par un stimulus aversif et, de ce fait, diminue en fréquence puis disparaît.


La punition en tant que stimulus aversif

La punition peut aussi désigner le stimulus aversif lui-même. Cette désignation, symétrique de celle de récompense, a été, elle aussi, fortement critiquée en raison de son caractère analogique avec les situations humaines et de ses connotations morales. Elle est cependant encore utilisée à cause de sa commodité. Elle est un équivalent de renforcement négatif, mais il faut alors se souvenir qu'un comportement positif peut se développer à partir d'un stimulus aversif. C'est le cas de l'échappement et de l'évitement.
La notion de punition prend donc en compte deux éléments:

  • Une caractéristique du stimulus: être aversif.
  • Une caractéristique du comportement: sa diminution et sa disparition.

Les discussions sur la nature du phénomène d'apprentissage par punition

Des discussions ont eu lieu sur la nature du phénomène d'apprentissage par punition. Les premières formulations de la loi de l'effet supposaient qu'il existe une symétrie réelle entre l'action d'un stimulus positif (la récompense) et celle d'un stimulus négatif (la punition). On considérait que la récompense fait croître la tendance à produire la réponse en augmentant la liaison entre la situation et cette réponse. De la même manière, on supposait alors que la punition fait décroître et disparaître la tendance à répondre en diminuant la liaison entre la situation et la réponse.
On a rapidement reconnu qu'il n'en était rien et que la punition agit plutôt par création d'un nouvel apprentissage, d'une tendance à ne pas répondre, qui s'oppose et se superpose à la tendance à répondre. En un mot, il s'agit, dans la punition, de la création et de l'accroissement d'une inhibition.
Telle a été dès lors une des causes de l'opposition de certains auteurs parmi lesquels Burrhus Skinner à l'utilisation pratique de stimulus négatifs, dans les situations d'apprentissage ou d'éducation, et à la punition. Non seulement ces auteurs la désapprouvaient moralement mais, en outre, ils la considéraient comme inefficace dans la mesure où elle ne supprime pas réellement la tendance à produire la réponse. Elle peut même être nuisible lorsqu'elle aboutit à créer un conflit interne entre la tendance à répondre et l'inhibition de cette réponse.


Les deux phénomènes inhérents à la situation de punition

Plus tard, la situation de punition a été analysée comme comportant deux phénomènes, reliés mais distincts:

  • 1. L'animal développe, par un processus de conditionnement classique, un état conditionnel de peur, correspondant à une anticipation du stimulus négatif.
  • 2. L'animal apprend une relation entre deux événements: si une certaine réponse n'est pas produite, alors le stimulus nocif n'apparaît pas.

C'est sur cette double base qu'il développe une inhibition à l'égard de cette réponse. Dans cette façon de voir, la phase 2 est symétrique de celle de l'apprentissage d'évitement. Dans celui-ci se trouve apprise, sur la même base (à savoir une peur conditionnelle), une relation similaire: si une certaine réponse est produite, alors le stimulus nocif n'apparaît pas.


Autres termes psychologiques :