Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par P > La définition de psychologue


La définition de Psychologue



Le statut du psychologue

Le psychologue, en France, n'est un être légal que depuis 1985, date à laquelle la loi lui reconnut un statut, en aboutissement d'un long cheminement. En effet, si la Société française de psychologie vit le jour dès 1901, ce n'est que dans l'immédiate après-guerre (en 1947) que la psychologie se sépara institutionnellement de la philosophie et que fut créée une licence de psychologie. Il aura donc fallu près d'un demi-siècle pour que l'autonomie de ce nouveau domaine du savoir soit reconnue. Il a fallu encore attendre près de quarante ans pour que les professions issues de ce savoir obtiennent une reconnaissance à travers la fixation d'un statut légal du psychologue.
Les obstacles à la légalisation du statut de psychologue étaient de nature diverse, et incluaient aussi bien des réticences administratives que la crainte, de la part de l'Ordre des médecins, de voir s'édifier une structure qui, d'une certaine façon, pouvait apparaître concurrente. Cette légalisation n'en représentait pas moins une exigence majeure pour les psychologues: l'absence de définition légale permettait à tout un chacun de s'emparer de ce label dans le langage courant. C'est ainsi que l'on pouvait voir fleurir des plaques du type « M. X, voyant et psychologue ». De plus, tel ou tel praticien qui se disait psychologue pouvait ne pas avoir les titres requis. Qui plus est, la France apparaissait très en retard par rapport aux autres pays d'Europe. En effet, presque tous, sous une forme ou une autre, avaient doté leurs psychologues d'un statut légal. L'harmonisation, dans ce domaine comme dans d'autres, apparaissait donc souhaitable.
Ainsi, trois tentatives, celle de Paul Fraisse dans les années 1950, celle de Didier Anzieu dans les années 1960, et, enfin, celle de l'Association des organisations de psychologues dans les années 1980, furent nécessaires pour que soit proposé un projet de loi, adopté en 1985. Les décrets d'application de la loi ne furent signés qu'à partir de 1990, et un long chemin reste à parcourir quant à la reconnaissance dans les faits des métiers de la psychologie. L'existence d'une base légale fondée sur des diplômes n'en reste pas moins essentielle pour faire clairement le départ entre les psychologues professionnels et les autres.


L'hétérogénéité des pratiques

S'agissant de l'unicité des pratiques, il serait sans doute hasardeux d'assurer qu'il existe à ce niveau une base commune aux divers métiers concernés. En effet, que partagent réellement, à cet égard, l'ergonome cognitiviste et le psychologue clinicien d'obédience freudienne? Le chercheur, et le psychologue qui effectue des enquêtes ou des interventions de terrain? L'universitaire qui enseigne la psychologie différentielle, et le manipulateur qui pratique les tests?
À l'hétérogénéité des métiers correspond la diversité de leur objet. Ainsi, l'homme auquel s'intéressent les diverses catégories de psychologues est multiple. Tous partagent néanmoins le besoin d'analyser des comportements et des productions discursives, l'exigence de comprendre comment se construisent les significations, les interprétations, les connaissances, et comment évoluent les représentations en vue d'intervenir pour favoriser des évolutions et des restructurations.
Le véritable problème qui se pose est donc plutôt celui de l'existence d'une base théorique commune. Là encore, tout reste à faire si tant est qu'il faille le faire mais le fait que la plupart des chercheurs, par-delà la diversité des écoles et des théories dont ils se réclament, partagent de plus en plus la conception du sujet humain comme système de traitement de l'information pourrait constituer le point d'ancrage d'une possible unification du champ.


Le cas particulier du psychologue scolaire

Le psychologue scolaire est un psychologue recruté par l'Éducation nationale. Il intervient auprès des enfants à l'école primaire. Il s'agit d'enseignants qui ont reçu une formation spécialisée, couronnée par l'obtention du diplôme d'État de psychologue scolaire. Aussi, les particularités de leur formation et de leur statut font l'objet de nombreux débats.
Les missions des psychologues scolaires ont été définies par une circulaire du 10 avril 1990. Elles concernent la prévention des difficultés scolaires, l'élaboration et la mise en œuvre du projet pédagogique de l'école, la conception, la mise en œuvre et l'évaluation des mesures d'aides individuelles ou collectives au bénéfice des élèves en difficulté, l'intégration des jeunes handicapés. Elles intègrent aussi la participation à des études concernant les différents aspects du fonctionnement de l'école et la participation à des actions de formation dans les domaines spécifiques relevant de leurs compétences.


Autres termes psychologiques :