Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par P > La définition de pragmatique


La définition de Pragmatique


La pragmatique désigne l'étude du langage en situation, qui intègre le rôle des utilisateurs et les situations où il est utilisé.


Les multiples formes de la pragmatique

La pragmatique est multiforme. Ainsi, on ne peut la réduire à la pragmatique linguistique ni à tout le moins à une pragmatique sémantique. En effet, elle prend en compte également, au-delà du langage lui-même envisagé sous l'aspect sémantique:

  • La théorie logique des actes de langage.
  • L'organisation empirique des actes de langage dans la conversation ordinaire.
  • La conversation elle-même à travers les jeux de parole et les tours de parole qui ont lieu dans une conversation.
  • Les négociations conversationnelles.
  • Les conditions de réussite des actes dans les négociations.
  • L'intercompréhension classique par les accomplissements des actes.

Ainsi, de nombreux champs de recherche sont embrassés, où tous ont à dire sur et où tous se réclament de la pragmatique.


La pragmatique et le modèle du code linguistique

Si l'on restreint le propos à une pragmatique qui ait à voir avec le langage, on dira que celle-ci est issue d'un rejet du modèle du code linguistique qui a longtemps dominé les théories de la communication. Dire que dans la communication verbale interviennent à la fois des mécanismes inférentiels et des mécanismes de codage, c'est dire que sont activés:

  • Dans les processus inférentiels: un ensemble de prémisses devant aboutir par l'application de règles à des conclusions qui trouvent ainsi leur justification dans les prémisses.
  • Dans les processus de décodage: un ensemble de signaux, qui associés aux codes, aboutissent à une reconstitution du message.

L'appel au seul modèle du code supposerait donc, pour pouvoir agir correctement, une communauté s'exerçant à différents niveaux:

  • le niveau de la langue,
  • le niveau des prémisses,
  • le niveau des règles d'inférence.

Si l'on peut penser, sans grand risque, qu'il existe bien, dans une communauté donnée, une possibilité de langue commune, il est déjà plus difficile d'imaginer que les règles d'inférences soient toutes communes. Quant à une communauté concernant l'ensemble des prémisses que les individus activent, l'envisager est pour le moins discutable. D'où la nécessité de mécanismes inférentiels qui tiennent compte de la situation précise d'interlocution dans laquelle les individus se trouvent, de la connaissance partagée qu'ils ont les uns des autres, des savoirs qui sont les leurs et des buts communs qu'ils poursuivent. C'est à ce prix-là que l'on peut estimer qu'ils feront fonctionner correctement des règles d'inférence pertinentes.


Autres termes psychologiques :