Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par P > La définition de phénoménologie


La définition de Phénoménologie


La phénoménologie désigne l'étude descriptive des vécus psychologiques (les actes, les états, les croyances, les objets) tels qu'ils peuvent apparaître à la conscience de celui qui en fait l'expérience.


La phénoménologie transcendantale

Le terme phénoménologie est d'origine philosophique, en référence au philosophe allemand Edmund Husserl, qui, au tournant du XXe siècle, a fondé un nouveau style de philosophie, la phénoménologie transcendantale.
Cette philosophie veut se distinguer radicalement de toute psychologie, en ce qu'elle ne s'intéresse pas aux vécus eux-mêmes en tant qu'ils existent concrètement, comme peut le faire un psychologue, mais aux essences qui distinguent et fondent ces vécus. Pour différencier le point de vue propre à la philosophie phénoménologique et celui de la psychologie qui étudie la phénoménologie de l'expérience, on parlera, pour ce dernier, de psychophénoménologie. La psychophénoménologie est une discipline de la psychologie qui étudie de manière descriptive l'expérience subjective effectivement vécue.


Le niveau phénoménologique et le niveau computationnel

La psychophénoménologie se différencie de toutes les approches visant des objets de recherche inaccessibles à l'expérience consciente, autrement dit inobservables du point de vue de l'individu lui-même (ce que les sciences cognitives définissent comme relevant du niveau computationnel).
L'intérêt d'étudier le niveau phénoménologique a fait l'objet de fortes critiques. En effet, si l'individu ne peut être conscient de ce qui constitue les lois et les mécanismes les plus fondamentaux du comportement, à quoi bon s'intéresser à son expérience subjective? Mais cette critique est basée sur un sophisme. En effet, du fait qu'il est vrai que la science étudie des mécanismes qui ne peuvent être conscientisés, il ne suit pas que ce qui peut être conscientisé ne peut faire l'objet d'une démarche scientifique ni que les résultats d'une telle démarche n'apportent rien du point de vue de la connaissance scientifique.
La psychologie est à l'articulation entre les sciences naturelles qui étudient des objets et les sciences de l'homme qui étudient l'individu, et ce dernier a une caractéristique fondamentale et originale: la capacité de prendre conscience de sa propre expérience. Ce point de vue en première personne permet d'accéder à des informations sur les gestes mentaux qui, par exemple, s'avèrent essentielles dans les techniques de remédiation cognitive, dans la prise en compte des démarches individuelles d'apprentissage et de perfectionnement. La phénoménologie de la cognition (par exemple, ce qui apparaît à l'individu de la manière dont il opère un acte cognitif) n'est pas la description des processus cognitifs, ni des mécanismes et des lois les plus profonds, mais correspond à un autre niveau de description qui est source d'informations efficientes et mérite d'être étudié en tant que tel de manière scientifique.


Apparence et apparaître

La plus grande difficulté méthodologique dans la mise en œuvre de la psychophénoménologie est sa fausse évidence. En effet, il y a le risque de confondre l'apparence des choses et leur apparaître:

  • L'apparence est ce qui est donné à chacun dans son expérience de manière superficielle et immédiate, et que l'on pourrait qualifier de réalisme naïf. Cet aspect relève de la psychologie populaire.
  • Décrire l'apparaître d'un acte mental est le produit d'une véritable expertise qui s'apprend et s'exerce longuement. En aucun cas il ne s'agit d'un savoir-faire spontané.

La description détaillée de la mise en œuvre d'un acte mental (par exemple, se donner une image mentale, apprendre un texte) suppose:

  • Une méthodologie d'accès, qui ne s'arrête pas à ce qui se présente en premier lieu et qui essaie de minimiser les préconstruits. Cet accès est rendu difficile par le fait que nos vécus sont largement préréfléchis (ils existent en acte, dans un statut antérieur à toute prise de conscience). Avant de pouvoir être décrits, ils doivent donc être conscientisés. Seule la médiation experte d'un intervieweur permet de créer cette condition nécessaire.
  • Une technique d'aide à l'explicitation de façon à permettre une mise en mots descriptive détaillée.
  • Une méthodologie spécifique d'élaboration des résultats issus des protocoles verbaux.
  • Des techniques de validation.

La psychologie d'inspiration phénoménologique

La psychologie d'inspiration phénoménologique s'est développée dans le domaine de la psychiatrie en Allemagne, dans la recherche éthologique aux Pays-Bas et en Belgique. Depuis le début des années 70, elle a rencontré une audience importante aux États-Unis et, plus récemment, au Canada en sciences de l'éducation, où elle s'identifie pour une bonne part au mouvement prônant la mise en œuvre d'une méthodologie qualitative.
Le concept de méthodologie qualitative est issu du renouveau de la sociologie de terrain, en particulier de l'ethnométhodologie. De manière générale, la dimension qualitative privilégie l'étude en situation, de manière à éviter une approche réductrice, et à favoriser des recherches qui visent le sens de son expérience pour l'individu. Les données recueillies le sont essentiellement par des entretiens.
Actuellement, le mouvement des sciences cognitives, qui intègre la psychologie comme une discipline parmi d'autres, porte un grand intérêt à cette dimension phénoménologique. Par exemple, toutes les recherches en neurosciences qui utilisent les nouvelles techniques de neuro-imageries pour objectiver le fonctionnement cérébral ont besoin de corréler beaucoup plus finement leurs résultats avec une description de l'expérience subjective qui lui est associée.


Autres termes psychologiques :