Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par P > La définition de pédopsychiatrie


La définition de Pédopsychiatrie


La pédopsychiatrie est une spécialité médicale qui a pour objet de prévenir, de dépister et de traiter les troubles psychiques que présentent les enfants et les adolescents.


L'histoire de la pédopsychiatrie

Historiquement, Jean Itard est le pionnier qui tente de comprendre et de traiter les troubles d'un enfant nommé Victor. Il s'agit de l'enfant sauvage de l'Aveyron, qui a été admis à l'Institut national des sourds-muets, en 1800. Itard, pour la première fois, évoque le caractère acquis de la déficience et sa curabilité, à une époque où les médecins ne conçoivent la déficience que fixée et non évolutive. Cependant, il s'agit de rééducation dans une perspective pédagogique et de traitement moral. Jean-Étienne Esquirol inaugure l'enseignement de la psychiatrie et publie son traité Des maladies mentales, en 1838, dans lequel il souligne l'intérêt des travaux d'Itard.
Son élève Jean-Pierre Falret recherche dans la psychologie un nouvel éclairage sur l'idiotisme et crée, en 1834, l'école orthophrénique avec Félix Voisin. D'autres psychiatres du XIXe siècle recherchent les moyens de réhabiliter les idiots. Ainsi, Désiré-Magloire Bourneville crée, à Vitry, le premier Institut médico-pédagogique, où les prises en charge physique, psychologique et pédagogique seront assurées. Le premier Traité de psychiatrie de l'enfant est publié en 1888 par Jacques Moreau de Tours.
Parallèlement à l'action des médecins, trois personnalités ont apporté à la psychiatrie de l'enfant ses dimensions éducatives et psychologiques. Édouard Seguin, élève d'Itard, ouvre une école pour idiots, puis prend la direction de l'école de Bicêtre. En 1850, il s'exile aux États-Unis, où il développe la psychiatrie de l'enfant sur la côte est. Élève de Seguin, Hippolyte Vallée fonde son propre centre de traitement, en 1847, à Bicêtre, qui deviendra la Fondation Vallée. Mais c'est Alfred Binet qui est le véritable fondateur de la psychologie expérimentale en France. Aussi, en 1903, il publie L'étude expérimentale de l'intelligence. Avec le psychiatre Théodore Simon, il publie, en 1905, l'article Méthodes nouvelles pour le diagnostic du niveau intellectuel des anormaux, où il décrit le premier test mental utilisable en pratique, dont les résultats sont exprimés par le quotient d'intelligence (ou intellectuel, Q.I.). Il s'agissait de compléter les données cliniques pour évaluer l'adaptabilité scolaire et orienter les enfants en difficulté vers des classes spécialisées.


L'évolution de la pédopsychiatrie dans le champ psychanalytique

Conjointement aux développements de la psychométrie, les idées psychanalytiques se sont développées, surtout en Grande-Bretagne, où deux psychanalystes ont puissamment contribué à la connaissance de l'enfant et à la mise au point de méthodes thérapeutiques pour celui-ci. Il s'agit de Melanie Klein, qui publie The Psychoanalysis of Children en 1932, et de Anna Freud, arrivée à Londres en 1938 avec son père.
Au développement des centres de guidance infantile dans les pays anglo-saxons a correspondu, après la guerre, en France, la création des centres médico-psycho-pédagogiques. L'université, quant à elle, crée en 1948 la première chaire de psychiatrie infantile, qu'elle attribue au professeur Georges Heuyer. Dès lors, sous l'impulsion de celui-ci et de psychanalystes tels que Serge Lebovici ou Roger Misès, les textes et règlements organisant la répartition des moyens de prise en charge des enfants et de leurs familles au plus près de leurs domiciles sont élaborés. C'est la création de l'intersecteur de psychiatrie infanto-juvénile en 1972.


La pédopsychiatrie aujourd'hui

Actuellement, la pédopsychiatrie est en pleine crise de croissance. Marquée par l'essor de la psychanalyse, elle est tentée par le développement de l'épidémiologie et des neurosciences, qui ont pris un essor considérable.
Sur le plan thérapeutique, les nouvelles techniques de thérapie familiale et comportementale revendiquent leur place dans la prise en charge des enfants et des familles. En outre, un grand effort est fait en vue de proposer une classification internationale des troubles mentaux de l'enfant, afin de faciliter l'épidémiologie et les recherches tout en améliorant la communication entre professionnels.


Autres termes psychologiques :