Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par P > La définition de pavlov


La définition de Pavlov


Ivan Petrovitch Pavlov, physiologiste et médecin (1849-1936).Ivan Petrovitch Pavlov est un physiologiste et un médecin russe. Il est né à Riazan, en 1849. Il est mort à Leningrad, en 1936.


Ses travaux en physiologie

Reçu médecin en 1879 à l'Académie de chirurgie et de médecine de Saint-Pétersbourg, Pavlov s'engage rapidement dans une activité de recherche en physiologie. Aussi, en 1883, il soutient sa thèse de doctorat sur les nerfs centrifuges du cœur et poursuit jusqu'en 1889 des travaux sur la circulation. Durant cette période, il fait un séjour de deux ans en Allemagne chez les physiologistes Rudolf Heidenhain et Carl Ludwig.
À partir de 1889, il entreprend des travaux sur la digestion, qui, au travers du phénomène de sécrétion psychique, le conduisent à la découverte du réflexe conditionnel, de tout un ensemble de phénomènes connexes et à sa conception générale de l'activité nerveuse supérieure.
Pavlov occupe le poste de professeur de pharmacologie à l'Académie de médecine militaire pendant cinq ans, jusqu'à sa nomination, en 1896, au poste de physiologie de cette même Académie, où il va professer dès lors durant 28 ans. Pendant toute cette première période, ses conditions de travail sont précaires. La première publication d'envergure de Pavlov est, en 1897, ses Conférences sur le fonctionnement des principales glandes digestives, qui rendent compte de travaux importants, menés avec les techniques qu'il a mises au point afin de pouvoir observer des animaux pratiquement intacts, seulement porteurs de fistules chroniques qui ne perturbent pas leur existence.


Sa mise en évidence du réflexe conditionnel et ses travaux sur l'activité nerveuse

C'est de 1903 que date sa célèbre conférence au Congrès médical international de Madrid sur la psychologie et la psychopathologie expérimentales des animaux, dans laquelle Pavlov présente pour la première fois la notion de réflexe conditionnel et les travaux expérimentaux qui y ont conduit. Le réflexe conditionnel lui servira dès lors de moyen méthodologique pour étudier le fonctionnement du cerveau. En 1904, le prix Nobel de physiologie et de médecine lui est attribué.
Puis Pavlov s'intéresse au sommeil et publie, en 1915, Les données sur la physiologie du sommeil. Après la révolution d'Octobre, et dans les conditions difficiles qui prévalent alors, un décret spécial de Lénine, pris en 1921, assure les conditions de vie et de travail de Pavlov et crée pour lui la station biologique de Koltouchi. En 1922, il publie Vingt Ans d'expérience dans le domaine de l'activité nerveuse supérieure, puis, en 1927, Leçons sur le travail des grands hémisphères cérébraux, qui constituent une somme de ses travaux sur l'activité nerveuse supérieure.


Son œuvre globale

Dans la dernière partie de sa vie, Pavlov s'intéresse de près aux problèmes de pathologie nerveuse. Il élabore la notion de névrose expérimentale. Il aborde de très nombreuses questions dans ses rencontres hebdomadaires avec ses collaborateurs et ses élèves, publiées ensuite comme Les mercredis de Pavlov. Son dernier travail important est l'article réflexe conditionnel pour la Grande Encyclopédie médicale soviétique.
Toute l'œuvre de Pavlov est parcourue par quelques idées fondamentales:

  • Appliquer la méthode scientifique, dans l'esprit de son maître Setchenov et de précurseurs qu'il admirait comme Claude Bernard et René Descartes, à ce domaine qu'il appelle l'activité nerveuse supérieure et qu'il conçoit comme pouvant aboutir à une fusion de la physiologie et de la psychologie, fondée sur le comportement.
  • Pour cela, étudier des animaux dits intacts, dans les conditions du laboratoire, certes, mais aussi près que possible des conditions naturelles.
  • Utiliser le phénomène apparemment mineur, au regard des problèmes posés, de la salivation conditionnelle pour la découverte des grandes lois du conditionnement.

Toutefois, certaines de ses conceptions n'ont pas survécu. Par exemple, celles qui concernent un mode de fonctionnement du cerveau par proximité, qui s'expriment dans sa théorie de l'irradiation et de la concentration. En effet, les travaux et les découvertes de Charles Sherrington sur la structure et le fonctionnement du neurone en ont ruiné les bases. Mais les faits qui ont été établis à cette occasion et la théorie du conditionnement dite classique ont très bien résisté à plusieurs décennies d'approfondissement. Ils constituent encore un chapitre important de ce que nous savons aujourd'hui en matière de psychologie scientifique et de psychophysiologie.


Autres termes psychologiques :