Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par P > La définition de pairs


La définition de Pairs



Le groupe de pairs

Il s'agit de l'ensemble des individus présentant sur le plan psychologique et social des caractéristiques communes avec un sujet donné et susceptibles d'influencer sa conduite.
L'influence des pairs est un thème majeur des approches psychosociales, notamment dans les travaux nord-américains. La pression du groupe de pairs s'exerce sur l'individu différemment de celle de la famille, des éducateurs ou de la société en général. Elle aura naturellement un impact variable en fonction des expériences préalables de l'individu à l'intérieur de la famille, à l'école, etc... Cette notion prend donc toute son importance pour les tranches d'âges ou les formes de déviance où est en question l'intégration de l'individu dans la société.


Les pairs chez les adolescents

Le concept est particulièrement utilisé en matière d'adolescence et de postadolescence. En effet, l'influence des pairs est l'un des facteurs importants dans la quête adolescente d'une identité. Cette influence va s'exercer sur les modes de relation à la famille, sur les styles de consommation, les conduites sexuelles. Elle peut être ressentie comme néfaste par la société. En effet, en s'auto-instituant en clans ou en bandes, les adolescents se définissent parfois en opposition apparente aux modèles parentaux, sinon en membres d'une contre-culture. Mais la capacité de l'adolescent à lier des amitiés, à s'intégrer dans un groupe est le témoin essentiel d'une bonne socialisation.
Cette influence inévitable et nécessaire des pairs est parfois utilisée comme un facteur de diffusion d'informations, voire de modification des conduites des adolescents, qui, constituant un marché important, sont devenus une cible privilégiée des publicitaires. Elle devient aussi l'objet de campagnes de prévention en matière de maladies sexuellement transmissibles, d'addictions ou d'autres conduites à risques. La pression du groupe est certes à considérer en matière de délinquance, de prostitution, bref de tous les troubles de l'intégration sociale. Mais elle est surtout étudiée dans le cadre de l'alcoolisme, du tabagisme et des autres toxicomanies. Le groupe de pairs est le plus souvent abordé en tant que facteur de déclenchement ou d'entretien de ces conduites. Par exemple, la mode, l'exemple, le défi sont mis en avant pour expliquer une première prise de drogue, à laquelle le groupe confère la valeur d'une initiation. Par la suite, le sentiment d'appartenance au groupe peut constituer un facteur de maintien dans la toxicomanie.


Le groupe de pairs en thérapie

Mais les groupes de pairs sont également utilisés non seulement comme relais d'actions préventives, mais comme moyen thérapeutique (par exemple, les groupes d'anciens toxicomanes s'entretenant dans l'abstinence ou les communautés thérapeutiques employant les anciens comme encadrants). Alors que, en matière d'alcoolisme, l'entraînement par les pairs dans les groupes de bistrot est bien connu, les Alcooliques Anonymes ont constitué le premier exemple de cette fonction positive du groupe de pairs. En effet, l'identité d'alcoolique leur sert alors à maintenir une foi commune en la nécessité de l'abstinence.
Aujourd'hui, de nombreuses associations tentent, sur le même modèle, d'instituer une identité durable aux pairs (joueurs, toxicomanes, boulimiques, etc...) tout en utilisant la pression du groupe comme soutien thérapeutique. Soudé par une identité reposant à l'origine sur un symptôme commun, le groupe de pairs devient alors groupe d'entraide, voire communauté de foi ou d'idéologie.


Autres termes psychologiques :