Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par O > La définition de orientation


La définition de Orientation


L'orientation désigne une activité par laquelle un individu cherche à relier des changements de position de son corps, ou de parties de son corps, à des repères spatiaux, qu'il soit en mouvement ou à l'état de repos.


L'orientation en éthologie

En éthologie, l'orientation correspond à des déplacements non aléatoires. Les phénomènes d'orientation spatiale incluent les simples réactions locomotrices à des stimulations élémentaires du milieu et des comportements plus élaborés, impliquant la participation active de l'individu dans la recherche et l'utilisation d'informations spatiales pertinentes.
Les repères spatiaux renseignent surtout sur la direction et la distance à parcourir pour se rendre en un point de destination quelconque, à partir d'un endroit identifié et localisé préalablement par l'individu. La nature de ces repères peut être de deux sortes:

  • D'origine interne (repères idiothétiques): il peut s'agir d'informations proprioceptives qui renseignent sur les composantes de translation et de rotation du déplacement actuel de l'individu.

  • D'origine externe (repères allothétiques): ils concernent les agents de stimulations abiotiques comme la température, l'humidité, la lumière et le vent, ou d'autres facteurs chimiques et physiques comme les champs électriques, magnétiques ou les forces de pesanteur et gravitationnelles. Tous ces facteurs présentent un champ de forces composé de vecteurs pratiquement parallèles.

L'ensemble des êtres vivants et des objets présents dans le milieu peuvent aussi servir de repères directionnels. Leurs caractéristiques physiques (forme, taille, odeur, couleur, position spatiale, etc...) seront perçues et sélectionnées en fonction des compétences sensori-neuro-motrices caractéristiques de l'espèce animale concernée et du degré de maturation et d'expérience de chaque individu.
Par ailleurs, l'orientation sera qualifiée de pilotage lorsque l'information spatiale guidant le déplacement est fournie directement par la cible de l'orientation (par exemple, la vue du nid ou de la source alimentaire, l'odeur ou le son émis par un congénère, etc...), et lorsque le déplacement s'effectue avec un contact sensoriel permanent conduisant directement à l'endroit recherché (par exemple, les traces chimiques ou matérialisées au sol, les bordures, les chemins, etc...).
L'orientation à la boussole concerne un déplacement guidé par des repères qui permettent de rejoindre une destination qui n'est pas directement perceptible. Il s'agit le plus souvent de repères magnétiques ou astronomiques comme la lune, les étoiles ou le soleil et des plans de vibration de la lumière linéairement polarisée du ciel bleu qui indiquent une direction géographique par rapport à la rose des vents. Quant à la capacité de certains animaux à se rendre pour la première fois de leur vie sur un site jamais visité est qualifiée de vraie navigation. C'est aussi le cas pour le pigeon voyageur, qui retourne à son pigeonnier, après un transport passif et un lâcher effectué à partir d'un point inconnu de lui, en utilisant des informations spatiales d'origines visuelles, magnétiques et/ou olfactives.
En cas d'absence ou d'impossibilité d'utilisation d'une source directionnelle donnée, les possibilités de suppléance d'un repère par un autre permettent d'assurer une orientation efficace dans la plupart des situations. L'utilisation d'un système d'orientation intégré, impliquant plusieurs modalités sensorielles à la fois, s'avère utile pour la recherche d'un lieu précis situé dans un espace plan ou dans un espace tridimensionnel.
Enfin, les possibilités d'acquérir, de se souvenir et éventuellement d'effectuer des opérations sur l'information spatiale fournie par le milieu et/ou par le déplacement propre de l'individu permettent une augmentation des performances d'orientation spatiale. Ces capacités mnésiques et cognitives, rencontrées chez les vertébrés et à un moindre degré chez les invertébrés, autorisent notamment des déplacements sur de plus grandes distances ou permettent l'établissement de routes nouvelles reliant directement deux points connus de l'espace.


La réaction d'orientation

Il s'agit d'un ensemble de modifications physiologiques (sensorielles, somatiques, végétatives, corticales) et comportementales, suscitées par une variation des conditions de l'environnement. Ces dernières disposent l'organisme à une exploration spécifique du champ stimulant et facilitant le traitement des informations sensorielles.
La réaction d'orientation du corps, qui va diriger les récepteurs sensoriels vers la source de stimulation, peut être mesurée, dans des conditions faciles à reproduire, par le ou les mouvements conduisant à la détection d'une simulation excentrique à la position fixe d'un individu. Dans ce cas, la réaction mobilise en premier lieu la tête. En effet, celle-ci est un segment porteur de la plupart des organes extérocepteurs et les yeux, et ce quelle que soit la nature de la stimulation.
En général, chez l'adulte, la rotation des globes oculaires est initiée avant celle de la tête. Cette réaction est indicative d'alerte et peut figurer au rang des mécanismes de défense. Elle localise, plus ou moins précisément, la source de stimulation et témoigne donc d'une distinction spatiale entre gauche et droite.
La réaction d'orientation peut être observée dès les premières heures de vie. Elle est alors plus lente et la latence, plus longue que chez l'adulte, et les seuils d'intensité qui la provoquent sont plus élevés.
Enfin, chez les mammifères en général, la production de phéromones liées à la lactation permet au nouveau-né de s'orienter vers les mamelles maternelles


L'orientation des contours

Il s'agit de la direction, dans un plan fronto-parallèle, d'une limite spatiale localement colinéaire. L'information relative à l'orientation résulterait de la stimulation de neurones du cortex visuel dont les champs récepteurs sont allongés. Ces neurones sont optimalement activés lorsqu'un contour présentant la même orientation que le grand axe de leur champ récepteur s'y projette. Aussi, en raison du caractère précoce de l'extraction de cette information, l'orientation est considérée comme une des primitives visuelles, c'est-à-dire une caractéristique locale de l'image rétinienne directement codée par le système visuel.


Autres termes psychologiques :