Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par O > La définition de objectivisme


La définition de Objectivisme


L'objectivisme est une théorie de l'instinct, un fondement de l'éthologie classique, qui propose un ensemble de causes et de fonctions générales caractérisant les conduites instinctives des animaux. Cette théorie est fondée sur une description aussi rigoureuse que possible du comportement de chaque espèce dans son milieu naturel.


La théorie de l'objectivisme de l'instinct

Les bases de la théorie objectiviste de l'instinct ont été posées par Konrad Lorenz et Nikolaas Tinbergen, en 1938, dans un article intitulé Taxie et action instinctive dans le mouvement de roulage de l’œuf chez l'oie grise. L'oie ramène sous elle un œuf qui a roulé à l'extérieur du nid par un mouvement du bec dans le plan sagittal de son corps. Cet acte instinctif est complété par de brefs mouvements d'équilibration de l’œuf sous le bec (composante taxique de l’acte instinctif).
Cet acte peut être caractérisé de la façon suivante:

  • Il est une réponse à un déclencheur extérieur (l’œuf). Il se poursuit jusqu'au bout même si l’œuf est ensuite subtilisé. Cela le distingue des composantes taxiques, qui disparaissent dans ces conditions.
  • Cette réaction s'atténue et cesse si elle est répétée à intervalles trop rapprochés, alors qu'aucun des muscles impliqués n'est physiologiquement fatigué.
  • Le seuil du déclenchement de la réaction s'abaisse en fonction de la durée de l'intervalle entre deux actes successifs.

Les deux composantes de l'acte instinctif

L'acte instinctif résulte de l'action additive de deux composantes:

  • La composante endogène: elle correspond à une énergie spécifique pour l'acte considéré.
  • La composante exogène: elle est représentée par le signal déclencheur, responsable de la libération de cette énergie.

La règle de la double quantification stipule que, si la composante endogène atteint un niveau élevé, il suffit d'un signal même très approximatif pour déclencher le comportement. A la limite, il peut même apparaître sans déclencheur extérieur. A l'inverse, lorsque l'énergie spécifique est faible, le déclencheur doit être particulièrement pertinent pour que la réponse soit émise.
Par ailleurs, l'acte instinctif est inné parce qu'il remplit les quatre conditions suivantes:

  • Il est stéréotypé dans sa forme.
  • Il caractérise l'espèce.
  • Il apparaît chez les animaux qui ont été élevés isolément les uns des autres et dans un milieu aussi pauvre que possible en stimulations.
  • Il se développe normalement chez les animaux que l'on a privés d'exercice.

L'acte instinctif est donc indépendant de l'apprentissage individuel et il résulte d'un double déterminisme, exogène et endogène.
Aussi, Tinbergen a généralisé la théorie à l'ensemble des comportements instinctifs en proposant une organisation hiérarchique mettant en jeu à chaque niveau des déclencheurs de séquences stéréotypées d'actes instinctifs. Ainsi, l'acquis individuel, impliquant un stockage d'informations, est contrôlé par une prédisposition innée à apprendre. Au cours de l'évolution des espèces, cette plasticité comportementale s'accroît en raison, d'une part, de la réduction des comportements fixes et innés, et d'autre part, de l'épanouissement des fonctions qui assurent l'acquisition individuelle.


Autres termes psychologiques :