Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par N > La définition de noradrénaline


La définition de Noradrénaline


La noradrénaline est un neuromédiateur appartenant à la famille des catécholamines. Comme la dopamine, elle contribue à de nombreuses fonctions. Sa découverte remonte aux années 1930.


La noradrénaline dans le cerveau

Au sein du système nerveux autonome, la noradrénaline est le neuromédiateur des neurones qui commandent les réactions aux situations d'urgence:

  • accélération cardiaque,
  • dilatation des bronches,
  • augmentation de la pression artérielle.

C'est la raison pour laquelle la noradrénaline et l'adrénaline sont, dans le langage courant, associées au stress.
Au sein du cerveau, les neurones à noradrénaline (ou neurones noradrénergiques), bien que largement minoritaires, envoient des projections très divergentes dans la quasi-totalité des structures, notamment dans l'ensemble du cortex et un certain nombre de régions du système limbique (l'amygdale, la sphère olfactive, l'hippocampe, etc...).
Chez l'Homme, les quelques milliers de neurones qui constituent le locus coeruleus. Il s'agit du noyau profond dans lequel sont rassemblés les corps cellulaires noradrénergiques. Aussi, ces neurones entrent ainsi en contact avec plus de 30% des neurones de l'encéphale.


Le rôle de la noradrénaline

Cette position particulière des neurones noradrénergiques leur confère une place hautement stratégique et leur permet de jouer, au même titre que la dopamine et la sérotonine, un rôle majeur dans les processus d'attention et d'éveil, ainsi que dans le contrôle de l'affect et la régulation des états émotifs. Ces neurones sont également sensibles à différents types de stress, physiques, sociaux ou psychologiques. Enfin, ils semblent intervenir dans le cycle veille/sommeil et dans certains processus mnésiques.
Par ailleurs, chez l'animal les neurones noradrénergiques du locus coeruleus sont activés par des stimuli provenant de toutes les modalités sensorielles (stimuli auditifs, tactiles ou visuels), mais leurs réponses diminuent rapidement au fur et à mesure de la répétition de stimuli identiques. Cette désensibilisation des neurones noradrénergiques est parallèle à celle du désintérêt de l'animal pour le stimulus. Le rôle des neurones noradrénergiques serait donc, entre autres, de rendre le cerveau plus sensible aux stimuli externes présentant un caractère de nouveauté.


Autres termes psychologiques :