Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par N > La définition de neuropsycho-immunologie


La définition de Neuropsycho-immunologie


La neuropsycho-immunologie correspond à l'étude des relations entre le système immunitaire et le système nerveux central (S.N.C.) dans divers états psychologiques et psychopathologiques.


Dans la dépression et le stress

Les états dépressifs et les modèles de stress ont été les plus étudiés. Ainsi, il a été montré qu'une situation de deuil entraînait en même temps qu'un état dépressif une altération fonctionnelle des lymphocytes T suppresseurs. Ces lymphocytes jouent un rôle important dans les phénomènes de coopération cellulaire, modulant en particulier la production des anticorps par les lymphocytes B. Par ailleurs, bien qu'un déficit de l'immunité cellulaire n'ait pas toujours été retrouvé dans d'autres situations de dépression majeure, une majorité de travaux rapportent des anomalies qui ne sont pas expliquées par le stress de l'hospitalisation et qui apparaissent liées à la sévérité de la dépression.
Ces altérations du fonctionnement immunitaire sont encore mal comprises. Elles sont à mettre en parallèle avec la notion d'une mortalité et d'une morbidité plus élevées chez les déprimés.


Dans la schizophrénie

Dans la schizophrénie, une diminution de la capacité de réponse immunitaire a également été rapportée. Les taux de certaines immunoglobulines dans le plasma ou le liquide céphalo-rachidien seraient élevés. On a également observé des anomalies des sous-populations lymphocytaires. Toutefois, les résultats restent plus contradictoires que dans le stress, le deuil ou la dépression.
Par ailleurs, des mécanismes auto-immuns ont été évoqués pour la schizophrénie. En effet, son histoire naturelle, sa base génétique, sa possible association à certaines spécificités du système H.L.A., l'élévation des taux d'anticorps anti-nucléaires, anti-lymphocytes T ou anti-cerveau plaident pour une telle hypothèse. Aussi, dans une population de schizophrènes strictement non traités, on a montré une baisse de l'interleukine 2 (I.L.2), médiateur fondamental de la coopération cellulaire dans le système immunitaire, et une augmentation des récepteurs à l'I.L.2, ce qui oriente vers une perturbation de la régulation immunitaire dans la schizophrénie.


Dans les autres affections

Dans la démence, le problème s'est posé plus simplement en raison de la présence de lésions organiques (des plaques séniles et une dégénérescence neuro-fibrillaire) où l'on a retrouvé des facteurs sériques. L'ensemble des maladies psychosomatiques, les cancers et le sida appartiennent également au champ de la neuropsycho-immunologie dans la mesure où les facteurs psychologiques apparaissent déterminants.


Autres termes psychologiques :