Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par M > La définition de maturation


La définition de Maturation


La maturation désigne la mise en place de structures (morphologiques et fonctionnelles) et de moyens de communication (synapses, etc.) entre différents systèmes de l'organisme, qui conduisent ce dernier à un état stable et achevé. Aussi, elle s'effectue au cours d'étapes pré et postnatales de l'ontogenèse.


Les effets génétiques sur la maturation

On a distingué la maturation du développement, d'une part, en la supposant déterminée par des facteurs endogènes, et d'autre part, en la considérant dans le prolongement direct du développement embryonnaire. Ainsi, dans chaque espèce, l'évolution morphologique et fonctionnelle des individus obéit à un programme de développement. Celui-ci règle la succession des étapes, la forme des changements et la direction générale. De cette conception relève la définition de la maturation proposée par Arnold Gesell, en 1949: « La somme exacte des effets génétiques qui s'exercent dans une durée limitée par le programme génétique lui-même ».


L'opposition de la maturation à l'apprentissage

Par ailleurs, les expériences réalisées sur l'animal, puis sur le jeune enfant, attribuaient à la maturation un rôle déterminant dès lors que, entre deux groupes d'individus pris au même moment de leur évolution, l'un exercé à une activité, l'autre privé de cet exercice, les performances ou les comportements ne différaient pas sensiblement. Aussi, les émergences fonctionnelles qu'on n'a pu expliquer par des influences du milieu, ou l'expérience, dépendent bien de la maturation. Par exemple, la marche apparaît normalement chez tous les enfants à peu près au même âge, quelles que soient les conditions de vie et d'activité.
À partir de tels exemples, la maturation a été opposée à l'apprentissage.


L'influence du milieu et de l'exercice

Toutefois, une opposition aussi nette entre conditions internes et conditions externes n'a pu résister à la mise en évidence d'influences du milieu sur des évolutions internes telles que la croissance neuronique, l'accroissement des interconnexions et la tectonique des structures nerveuses, ou encore le rythme des sécrétions endocrines.
L'activité comportementale sollicitée par la richesse du milieu, ainsi que la répétition d'exercices réguliers ont des effets conjoints sur la maturation nerveuse et le développement psychologique. Par ailleurs, en exerçant régulièrement chez le bébé le réflexe de marche automatique, on a accéléré son accession à la marche autonome. Ainsi, les effets d'une pratique comportementale ou de l'activité sur la maturation sont clairement attestés. Ils ne consistent pas en de simples accélérations, mais leur nature comme leurs mécanismes demeurent encore obscurs. On a cependant de fortes raisons de penser qu'ils renforcent et prolongent certains caractères de l'immaturité (par exemple, la néogenèse, la plasticité, les multi-innervations, etc...).
Ainsi, si le terme de maturation reste commode pour désigner le processus d'organisation progressive des fonctions et de leurs substructures morphologiques, il est clair désormais que le milieu et l'exercice agissent sur ce processus en contrôlant l'actualisation des propriétés constitutives des systèmes organiques.


La maturation cérébrale

Il s'agit d'un processus irréversible qui conduit les propriétés morphologiques et fonctionnelles du système nerveux central et de ses annexes au terme de leur développement. La maturation met en jeu une interaction entre facteurs génétiques, issus du patrimoine héréditaire de l’individu, et facteurs épigénétiques, émanant de son environnement.
Par ailleurs, la maturation cérébrale recouvre des processus distincts dans le temps et dans leurs mécanismes selon les populations cellulaires ou les propriétés concernées. Il s'agit, par exemple, de l'augmentation de taille des neurones, de la prolifération et croissance des cellules gliales, de la myélinisation des axones de certains neurones, ou de l'acquisition de sensibilités spécifiques.


Le trait de maturité

Selon Gesell, le trait de maturité est un composant du comportement spécifique du stade de l’enfant. Aussi, le nombre des traits de maturité augmente avec l’âge. Leur ensemble recouvre les quatre sphères distinguées par Gesell dans le comportement pris dans sa totalité:

  • le comportement moteur
  • le comportement d’adaptation
  • le comportement verbal
  • le comportement personnel et social

Autres termes psychologiques :