Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par M > La définition de marqueur biologique


La définition de Marqueur biologique


En psychiatrie, un marqueur biologique est une anomalie biologique constatée dans certains troubles, ou dans certaines maladies, comme dans l'anxiété, la dépression. Néanmoins, il ne constitue pas un indice biologique spécifique.


Le marquer biologique en psychiatrie

Des anomalies biologiques peuvent caractériser certains troubles psychiatriques. On parle ainsi de marqueurs biologiques de l'anxiété ou de la dépression. Cependant, aucune anomalie ne peut être considérée comme un marqueur de trait, car un marqueur de trait est un indice biologique spécifique et permanent. Aussi, les marqueurs se résument généralement à des indices de probabilité. En effet, une anomalie est plus souvent observée dans un certain type d'affection que d'une d'autres.
Par ailleurs, les tests ne sont pas toujours sensibles (par exemple, le DST reste négatif dans de nombreux cas de dépression). Certaines variables non contrôlées expliquent ce manque de spécificité du marqueur supposé. Ainsi, le DST est positif dans d'autres syndromes que les états dépressifs (par exemple, dans la manie, la démence, les troubles schizo-affectifs, etc...). De plus, la prise de nombreux médicaments peut donner des résultats faussement positifs.


Les troubles de l'humeur

Dans les troubles de l'humeur, on a recherché différents types de marqueurs:

  • Les marqueurs neuroendocriniens: outre le DST, qui met en évidence un manque de réactivité de l'axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien, de nombreux paramètres neuroendocriniens apparaissent perturbés (la régulation de la production d'hormone de croissance, la sécrétion de mélatonine, etc...).

  • Les marqueurs biochimiques: il concernent en particulier le taux des catabolites des monoamines mesurés dans divers tissus et les liquides (par exemple, le liquide céphalorachidien) de l'organisme, l'activité des enzymes participant au métabolisme des neurotransmetteurs, et les caractéristiques des récepteurs membranaires de ces neurotransmetteurs.

  • Les marqueurs neurophysiologiques: il s'agit, par exemple, de étude électroencéphalographique du sommeil.

  • Les marqueurs génétiques: on a pu mettre en lumière un lien entre la présence de certains gènes au niveau chromosomique et le développement de psychoses maniaco-dépressives.

Les autres catégories diagnostiques

Dans d'autres catégories diagnostiques, des marqueurs potentiels similaires ont été étudiés. Ils doivent susciter les mêmes réserves méthodologiques. Ainsi, la schizophrénie a bénéficié du développement des techniques d'imagerie cérébrale. Aussi, la caméra à positons, qui visualise des anomalies au niveau cérébral, en temps réel, chez le malade.


Autres termes psychologiques :