Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par M > La définition de mannoni


La définition de Mannoni


Maud Mannoni, psychanalyste (1923-1998).Maud Mannoni est une psychanalyste française. Elle est née à Courtrai, en Belgique, en 1923. Elle est morte en 1998.


L'enfance de Maud Mannoni

Mannomi apporta à la psychanalyse de l'enfant toute la richesse du melting-pot constituant le terreau de son enfance. En effet, elle est fille de diplomate, et vécut quelques années au Sri Lanka où elle entendit parler le hindi. Les ruptures dans la langue, le choc des civilisations, les deuils, les séparations qui rythment et tranchent le bain de langage de l'enfance sont déterminants pour comprendre la dynamique thérapeutique de l'institution qu'elle créera quarante années plus tard.


Le cheminement de Mannoni vers la psychanalyse

Mannoni fait d'abord des études de criminologie à Bruxelles, puis elle suit une formation de psychotechnicienne Elle fait alors une analyse didactique avec Maurice Dugautiez et adhère en 1948 à la SBP (Société belge de psychanalyse). Cette même année, elle arrive à Paris où elle fait deux rencontres déterminantes, celles de son époux, Octave Mannoni et de Françoise Dolto.
Cet apport pluriel et diversifié, Maud Mannoni le saisira également dans sa formation et elle l'incarnera à travers une stimulation créatrice et originale de la psychanalyse française. Membre de la SFP (Société française de psychanalyse), elle suivra en 1964 Jacques Lacan et Françoise Dolto, et participera à la constitution de l'École freudienne de Paris.


Le jeu et la psychanalyse

Pour Maud Mannoni, la psychanalyse se situe dans l'aire du jeu. Cet espace potentiel qui est celui de la créativité se déroule initialement au fil du jeu de la bobine, découvert et commenté par Sigmund Freud. Il s'agit du fameux fort-da que viendront sans relâche re-créer et déconstruire les psychanalystes d'enfants pris dans l'engouement de la mise en jeu (je) des fondements de la symbolisation. D'ailleurs, Donald Winnicott, qui occupe une place essentielle dans la filiation de Maud Mannoni, y élaborera l'essentiel de sa théorie, axée notoirement sur l'objet et les phénomènes transitionnels.
A Octave Mannoni elle emprunta la part du jeu: le jeu et le contre-jeu mènent vers la re-création en empruntant les coulisses de l'Autre scène. Ce territoire autre, non interprétable, auquel nous confronte la féminité, Octave Mannoni a su l'évoquer à travers le théâtre et la poésie, de sorte que, presque à son insu, Maud Mannoni l'a défendu à la fois comme outil clinique au service des enfants et comme éthique.
À Melanie Klein elle empruntera le concept de clivage, mais fidèle à la priorité winnicottienne du jeu, c'est son incapacité à jouer qu'elle lui reprochera: « Melanie Klein, elle ne savait pas jouer. Or jouer relativise les qualités et les défauts attribués à l'un et à l'autre sexe. Elle utilisait le jeu comme possibilité d'expression en bombardant l'enfant d'interprétations. »


L'influence des différents courants sur Maud Mannoni

Engagée dans le combat politique pour la santé mentale, elle entretient des liens avec les représentants de l'antipsychiatrie, notamment avec Ronald Laing et David Cooper. Elle adoptera même une attitude antipsychiatrique aux débuts de la création de l'École expérimentale de Bonneuil, mais n'hésitera pas à critiquer par la suite la théorie mythique de la non-ségrégation et finira par dénoncer, notamment en Italie, la perversion consistant à ne pas prendre en compte la pathologie mentale.
En France, hormis Octave Mannoni, ce sont Françoise Dolto et Jacques Lacan qui l'influenceront et marqueront sa pratique. Elle situe Lacan dans la lignée des non-conformistes, aux côtés de Winnicott et Laing. Mais clinicienne avant tout, elle citera Françoise Dolto presque avant Lacan.. Elle la situe avec Winnicott dans l'histoire de la psychanalyse parmi les grandes figures du temps des pionniers.


La problématique des enfants arriérés en psychanalyse

Maud Mannoni publie son premier ouvrage, L'enfant arriéré et sa mère (1964). Ainsi, courageusement, elle soumet la psychanalyse aux questions suscitées par les débiles profonds et montre, clinique à l'appui, comment l'enfant est en quelque sorte rapté dans le désir inconscient de la mère. Femme, non médecin, en se risquant sur un terrain réservé à la psychiatrie médicalisante, elle suscitera chez les notables une haine indélébile.
Cet essai et le suivant publié en 1967, L'enfant, "sa maladie" et les autres, écrits alors qu'elle est en contrôle avec Lacan, portent en germe l'ambition clinique de l'École expérimentale de Bonneuil qui ouvre ses portes en 1969 et fera vivre de manière originale à chaque enfant, comme aux adultes, l'expérience déclarée de l'institution éclatée. Maud Mannoni part du constat que la cure analytique ne suffit pas pour des enfants psychotiques, et nourrit une grande méfiance à l'égard des théoriciens qui ont réponse à tout. De fait, dans l'institution, l'interprétation est proscrite, laissant place à la création, l'invention et la liberté possibles par touches et limitées par la structure éclatée en phase avec le transfert dissocié des psychotiques.


L'espace analytique

Après la dissolution de l'École freudienne, Maud Mannoni fonde avec Patrick Guyomard et Octave Mannoni le CFRP (Centre de formation et de recherche psychanalytiques). Toujours avec Patrick Guyomard, elle dirige chez Denoël la collection L'Espace analytique. En 1994, le CFRP se divise en deux groupes, dont l'un se ramifie avec le courant qu'elle représente sous le nom d'Espace analytique. Ainsi, pour Maud Mannoni, l'engagement envers la psychanalyse est à la fois clinique, politique, esthétique, théorique et novateur.
Elle ne manquera pas de dénoncer dans La théorie comme fiction, par exemple, les théories et les pratiques comportementalistes structurant la pensée dominante. C'est à cette éthique-là, celle dite d'Antigone et de Lacan, du désir et de la révolte, de la femme et de l'institution comme lieux du non-interprétable, qu'elle se référera tout au long de sa vie et de son œuvre.


Autres termes psychologiques :