Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par I > La définition de inhelder


La définition de Inhelder


Bärbel Inhelder, psychologue (1913-1997).Bärbel Inhelder est une psychologue suisse. Elle est née à Saint-Gall, en 1913. Elle est morte à Ausserberg, en 1997.


Le parcours d'Inhelder

En 1932, Inhelder suit des cours de biologie, philosophie, histoire des sciences et psychologie à Genève. Elle a alors pour professeurs Édouard Claparède, Pierre Bovet et Jean Piaget. Ce dernier l'engage, dès 1933, à mener une expérimentation sur la compréhension par l'enfant des différents états de la substance. C'est à partir de ces travaux, menés en collaboration avec lui, que devaient être élaborées quelques-unes des notions fondamentales de la théorie piagétienne: la notion d'invariant et la réversibilité.
En 1938, elle retourne à Saint-Gall pour élaborer sa thèse, Le diagnostic du raisonnement chez les débiles mentaux. Elle est alors chargée par le ministre de l'Éducation de ce canton de créer un service psychologique afin de dépister précocement les enfants qui ont besoin d'un soutien éducatif.
En 1943, elle revient à Genève comme chef de travaux et, en 1948, elle est nommée professeur de psychologie à l'Institut Jean-Jacques Rousseau, devenu École de l'université de Genève.
À partir de 1954, elle fait de nombreux séjours aux États-Unis, où elle donne des cours et des conférences dans les universités les plus prestigieuses. Elle a beaucoup contribué à faire connaître en Amérique la théorie piagétienne.
En 1971, quand Piaget prend sa retraite, elle est nommée dans la chaire de psychologie génétique et expérimentale de l'université de Genève. Quelques années plus tard, elle est chargée de diriger, en Côte-d'Ivoire, un programme de recherche (mené avec la collaboration de Dasen, Lavallée et Retschitzki) pour évaluer les effets possibles de la malnutrition sur le développement de l'intelligence.
En 1974, elle crée la Fondation des archives Jean Piaget, centre d'étude de la pensée piagétienne. Docteur honoris causa de très nombreuses universités européennes et américaines, elle fut la première femme à être élue au Fonds national suisse de la Recherche scientifique.


Sa méthode clinique

L'originalité de l'œuvre de Bärbel Inhelder réside, d'une part, dans l'intérêt qu'elle a toujours porté à l'individu, dont elle aime à suivre la démarche intelligente face à un problème à résoudre, et, d'autre part, dans l'originalité des méthodes d'investigation qu'elle a élaborées. Pour pouvoir saisir la manière dont se construisent les mécanismes de raisonnement, elle avait mis au point, dès ses premiers travaux sur Le développement des quantités physiques chez l'enfant (1941), une méthode spécifique d'investigation, dite méthode clinique, dans laquelle l'individu est mis devant une situation réelle, où les objets peuvent être manipulés, tandis que l'expérimentateur dialogue avec lui. Le dialogue n'est pas figé et, tout au long de son déroulement, l'expérimentateur doit faire des hypothèses afin de poser à l'individu les bonnes questions, auxquelles il répondra en fournissant les arguments révélateurs de son mode de penser. La validité des résultats est fonction de leur convergence à travers différentes situations expérimentales.
C'est à l'aide de cette méthode, devenue caractéristique de la psychologie genevoise, que furent menées les recherches publiées en collaboration avec Jean Piaget (La représentation de l'espace chez l'enfant, 1948 ; La genèse de l'idée de hasard chez l'enfant, 1951 ; Le développement de la pensée logique de l'enfance à l'adolescence, 1954 ; La genèse des structures logiques élémentaires, 1959 ; L'image mentale chez l'enfant, 1966 ; Mémoire et Intelligence, 1968).


Ses autres travaux

À partir de 1968, elle met au point, avec la collaboration de Herminia Sinclair et Magali Bovet, de nouvelles méthodes d'investigation adaptées à la question qu'elle se pose alors: comprendre, en procédant à certains types d'apprentissage, quels sont les processus fonctionnels qui peuvent rendre compte des changements de comportements caractéristiques du franchissement de certains stades.
Dans la continuité, elle développe enfin, avec Guy Cellérier et une équipe de collaborateurs, un ensemble de recherches sur les aspects procéduraux et pragmatiques des comportements de résolution de problèmes: la méthode, une microanalyse des comportements observés, permet de mettre en lumière les fonctions de contrôle et les modes d'évaluation des individus aux prises avec une difficulté.
Par ailleurs, l'importance de l'œuvre accomplie en collaboration avec Piaget ne doit pas faire oublier l'originalité de sa pensée et de ses préoccupations scientifiques. En effet, Piaget était épistémologue et il avait besoin de la psychologie pour illustrer, et si possible valider, sa théorie. Inhelder est une psychologue que les problèmes d'épistémologie des sciences intéressent, mais qui n'a jamais perdu de vue l'individu.


Autres termes psychologiques :