Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par I > La définition de inconscient


La définition de Inconscient


L'inconscient désigne une instance psychique, le lieu des représentations refoulées. Il est opposé au préconscient-conscient dans la première topique freudienne.


La théorie de l'inconscient

La théorie de l'inconscient constitue l'hypothèse fondatrice de la psychanalyse. Selon Jacques Lacan, l'inconscient est « structuré comme un langage ».
Selon la première topique de l'appareil psychique, Sigmund Freud nomme inconscient l'instance constituée d'éléments refoulés qui se sont vu refuser l'accès à l'instance préconscient-conscient. Ces éléments sont des représentants pulsionnels qui obéissent aux mécanismes du processus primaire. Dans la seconde topique, le terme d'inconscient qualifie l'instance du ça et s'applique partiellement à celles du moi et du surmoi.
Pour la psychanalyse contemporaine, l'inconscient est le lieu d'un savoir constitué par un matériel littéral en lui-même dépourvu de signification, organisant la jouissance et réglant le fantasme, la perception, ainsi qu'une grande partie de l'économie organique. Ce savoir a pour cause le fait que le rapport sexuel ne peut être compris comme un rapport naturel puisqu'il n'y a d'homme et de femme qu'à travers le langage.


L'inconscient dans la première topique

Selon Freud, le problème de l'inconscient est « moins un problème psychologique que le problème de la psychologie elle-même », car l'expérience montre que « les processus de pensée les plus compliqués et les plus parfaits peuvent se dérouler sans exciter la conscience. De ce point de vue, ce sont les phénomènes psychiques conscients qui constituent la plus petite partie de la vie psychique sans être pour autant indépendants de l'inconscient ».
Le terme d'inconscient ayant été utilisé avant Freud pour désigner globalement le non-conscient, Freud se sépare de la psychologie antérieure par une présentation métapsychologique, c'est-à-dire une description des processus psychiques sous des rapports dynamiques, topiques et économiques. C'est le point de vue topique qui permet de cerner l'inconscient. Une topique psychique n'a rien à voir avec l'anatomie, elle se réfère à des lieux de l'appareil psychique. Celui-ci est comme un instrument composé de systèmes (ou instances) interdépendants. L'appareil psychique est conçu sur le modèle d'un appareil réflexe dont une extrémité perçoit les stimulus internes ou externes trouvant leur résolution à l'autre extrémité, motrice. C'est entre ces deux pôles que se constitue la fonction de mémoire de l'appareil sous forme de traces mnésiques laissées par la perception. Ce n'est pas seulement le contenu des perceptions qui se conserve, mais leur association (par exemple, selon la simultanéité, la ressemblance, etc...). Dès lors, la même excitation se trouve fixée de façon différente dans plusieurs couches de la mémoire. Comme une relation d'exclusion lie les fonctions de la mémoire et de la perception, il faut admettre que nos souvenirs sont d'emblée inconscients.
L'étude des symptômes hystériques ainsi que de la formation des rêves exige de supposer deux instances psychiques dont l'une soumet l'activité de l'autre à sa critique et lui interdit éventuellement l'accès à la conscience. Le système chargé de la critique, écran entre l'instance critiquée et la conscience, se trouve amené à l'extrémité motrice et se nomme préconscient, tandis que le nom d'inconscient reviendra au système placé plus en arrière et qui ne saurait accéder à la conscience si ce n'est en passant par le préconscient. Ainsi, un acte psychique passe par deux phases: d'abord inconscient, s'il est écarté par la censure, il est refoulé et doit rester inconscient.
Il est remarquable que seules des représentations puissent être dites inconscientes. Une pulsion, qui n'est jamais objet de conscience, ne peut qu'être représentée dans les systèmes inconscient comme préconscient par une représentation, c'est-à-dire un investissement fondé sur des traces mnésiques. Les affects eux-mêmes sont déplacés, rattachés à d'autres représentations, mais non refoulés.
Une représentation du système inconscient n'est pas inerte mais investie d'énergie. Elle peut être alors dite désinvestie par le système préconscient. Cela implique que le passage d'une représentation d'un système à l'autre se fait selon un changement d'état de l'énergie d'investissement pulsionnelle: libre ou mobile, c'est-à-dire tendant à la décharge par la voie la plus rapide dans l'inconscient, liée, contrôlée dans son mouvement de décharge dans le préconscient. Cette distinction de l'état de l'énergie correspond à celle des processus primaires et secondaires. De plus, il faut admettre l'existence d'un contre-investissement par lequel le préconscient se protège de la poussée des représentations inconscientes et met en place le refoulement originaire, refoulement au cours duquel le représentant psychique de la pulsion s'est vu initialement refuser la prise en charge par le préconscient et auquel la pulsion demeure attachée de façon inaltérable. Le refoulement originaire est alors une force attractive des représentations préconscientes.
C'est seulement par l'étude des rejetons du système inconscient que nous avons accès à ses propriétés. En effet, il n'y a pas de refoulement sans retour du refoulé. Le noyau de l'inconscient est constitué par des représentants de la pulsion qui veulent décharger leur investissement, donc par des motions de désir. Les désirs inconscients sont indépendants et subsistent côte à côte sans lien syntaxique. Ainsi, les pensées du rêve ne peuvent figurer les articulations logiques. Par ailleurs, le rêve « excelle à réunir les contraires et à les représenter en un seul objet. Il est ainsi difficile de savoir si un élément du rêve [...] trahit un contenu positif ou négatif dans la pensée du rêve ».
D'origine infantile, les désirs inconscients sont toujours actifs, pour ainsi dire immortels. Les processus inconscients sont intemporels, « ni modifiés ni ordonnés selon le temps ». Ils sont primaires, c'est-à-dire qu'ils obéissent au principe de plaisir. Dès lors, les représentations inconscientes sont soumises aux lois du déplacement et de la condensation, particulièrement sensibles dans le travail du rêve. La condensation permet d'accumuler sur un seul élément représentatif une suite de pensées, processus atteignant aussi les mots, fréquemment traités comme des choses par homophonie et assonance, tandis que le déplacement indique un centrage des pensées du rêve sur un élément de moindre importance apparente.
La question de l'automatisme de répétition gouvernant l'appareil psychique au-delà du principe de plaisir ainsi que des difficultés surgissant autour de la notion de Ich (moi et/ou sujet), partie conscient, partie inconscient, incitèrent Freud à abandonner cette première topique. Le terme d'inconscient devint un attribut éventuel des nouvelles instances du ça, du moi et du surmoi. L'inconscient fut réinterrogé par Lacan au titre de concept fondamental de la psychanalyse, que la psychanalyse post-freudienne tentait d'effacer.


L'inconscient est le discours de l'autre

Pour Lacan, les ornières de l'analyse post-freudienne tiennent au fait qu'on a oublié que l'expérience analytique est celle où l'individu est confronté à la vérité de sa destinée nouée à l'omniprésence des discours à travers lesquels il est constitué et situé. Puisqu'il n'est de vérité et de signification en dehors du champ de la parole et du langage, il est nécessaire de reconnaître, au-delà de la relation interhumaine, l'hétéronomie de l'ordre symbolique. Si toute parole a une adresse, la découverte freudienne s'éclaire de la distinction entre le semblable, autre auquel l'individu s'identifie dans le dialogue, et l'Autre, lieu d'où se pose pour lui la question de son existence concernant son sexe et sa contingence dans l'être, nouée dans les symboles de la procréation et de la mort.
Cette question met en évidence la détermination de la loi symbolique qui fonde l'alliance et la parenté, loi que Freud avait reconnue comme motivation centrale dans l'inconscient sous le nom de complexe d'œdipe. Cette loi est identique à l'ordre du langage car c'est à travers les nominations de la parenté et les interdits que se noue le fil des lignées. L'individu se constitue au lieu de l'Autre, dans la dépendance de ce qui s'y articule comme discours, pris dans une chaîne symbolique où il est joué comme un pion: l'inconscient est le discours de l'Autre.


L'inconscient est structuré comme un langage

Le discours de l'Autre est une chaîne d'éléments discrets qui subsistent dans une altérité par rapport au sujet aussi radicale que « celle des hiéroglyphes encore indéchiffrables dans la solitude du désert » (Écrits, 1966). Cette chaîne insiste pour interférer dans les coupures offertes par le discours effectif et fait symptôme. L'insistance de la chaîne, figure de la répétition freudienne, montre que la nature de la mémoire symbolique est comparable à celle d'une machine à penser. Mais ce qui insiste ici demande à être reconnu. Une dimension existe à la racine même du langage, qui pointe un au-delà du principe de plaisir.
C'est en s'appuyant sur les avancées de la linguistique de Ferdinand de Saussure et de Roman Jakobson que Lacan montre que l'on peut retrouver, dans les lois qui régissent l'inconscient, les effets essentiels qui se découvrent au niveau de la chaîne du discours effectif. Ainsi, l'inconscient est structuré comme un langage, ce qui ne signifie pas comme une langue.
On sait que les apports essentiels de la linguistique structurale tiennent à la distinction du signifiant et du signifié, le signifiant constituant un réseau à structure synchronique du matériel du langage en tant que chaque élément y prend sa fonction pour autant qu'il est différent des autres. Cependant, la psychanalyse permet d'avancer la position primordiale du signifiant par rapport au signifié, les deux ordres étant séparés par une barre résistant à la signification: il faut abandonner l'illusion que le signifiant représente le signifié. Ainsi, les signifiants homme et femme ne renvoient pas aux concepts d'homme et de femme, mais à la différence des places assignées à l'un et à l'autre par la loi symbolique, c'est-à-dire phallique: ce pourquoi les motifs de l'inconscient se limitent au désir sexuel.
Mais la structure du langage ne se limite pas à celle de l'horizontalité syntaxique et de l'articulation syntagmatique. En effet, l'épaisseur verticale de la dimension des tropes permet, par permutation et élision des signifiants, de créer des effets de signification. Or, métaphore et métonymie sont assimilables au déplacement et à la condensation. Ainsi, le symptôme est une métaphore et le désir est une métonymie.


Le sujet de l'inconscient

Les productions de l'inconscient témoignent que ça pense au niveau de l'inconscient. Il faut distinguer d'une part, le sujet de l'énoncé, sujet grammatical lié à la prestance, qui ratiocine mais ne pense pas, et d'autre part, le sujet de l'énonciation. Si les productions de l'inconscient se caractérisent par le mode d'achoppement autant que de trouvaille sous lequel elles apparaissent, il faut admettre que l'inconscient a une structure de discontinuité, de fente aussitôt refermée qu'apparue, structure de battement temporel où le sujet de l'énonciation s'entr'aperçoit l'espace d'un instant: celui du ratage de l'objet du désir, qui fuit toujours.
Cependant, le sujet de l'inconscient est fondamentalement sans voix. La structure différentielle du signifiant implique que le sujet soit représenté par un signifiant maître pour un autre signifiant, lequel a pour effet l'évanouissement du sujet. Ainsi, le sujet est pétrifié, réduit à n'être plus qu'un signifiant, du même mouvement où il est appelé à parler. Il ne peut que donner à entendre quelque chose dans le retour du refoulé. Ainsi s'explique que le rêve soit un rébus, c'est-à-dire une expression pictographique sans alphabet constitué, dont les éléments sont équivoques et variables hormis la symbolique sexuelle. Les pensées du rêve, non arbitraires, ne peuvent se conclure sur un sens définitif, car leur cause, point ombilical, échappe. C'est ce que Lacan nomme le réel.


La lettre

L'unité fonctionnelle dans l'organisation de l'inconscient n'est pas le phonème (il n'y a pas de voix dans l'inconscient) mais la lettre, qui, par sa nature localisable et différentielle, s'offre comme pur symbole. C'est dire qu'elle commémore le meurtre de l'objet par le symbole. Cependant, sa matérialité incite le sujet à la considérer comme signe de l'objet perdu, voire comme l'objet lui-même. Ainsi, les mots sont traités comme des choses, c'est-à-dire comme valant par leur tissage et leurs connexions littérales à l'instar de la poésie. Ils se prêtent à la dislocation et à la césure selon le jeu de lalangue, où le sujet de l'inconscient trouve à se faire entendre et le symptôme à s'écrire.
Ainsi, les éléments de la chaîne inconsciente, lettre ou séquence signifiante, en eux-mêmes sans signification ni césure, prennent leur valeur de ce qu'ils peuvent faire irruption dans la langue parlée en tant que signes d'un désir interdit, par le biais préférentiel de la lettre.


La topologie

Il faut se déprendre de la représentation de l'inconscient comme étant un dedans opposé à un dehors. L'inconscient est caractérisé par une structure topologique de bord. En effet, la béance de l'inconscient en son mouvement d'ouverture et de fermeture est d'une structure isomorphe à celle des pulsions prenant électivement appui sur les zones du corps comportant un bord. Cette topologie peut être rapportée à celle de la bande de Möbius: le surgissement des formations de l'inconscient dans le discours effectif ne nécessite aucun franchissement de bord, mais est en continuité comme l'envers et l'endroit d'une bande de Möbius. Ainsi, la coupure opérée par l'interprétation fait surgir l'inconscient comme envers de la bande.


Autres termes psychologiques :