Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par I > La définition de imao


La définition de IMAO


L'I.M.A.O. désigne une famille d'antidépresseurs qui ont tous en commun la capacité d'inhiber l'activité d'une enzyme: la monoamineoxydase (MAO).


Les caractéristiques des IMAO

Dès 1952, Jean-Francois Buisson, élève de Jean Delay, avait remarqué l'activité euphorisante de l'isoniazide au cours du tr, que l'on doit la découverte des propriétés antidépressives du premier véritable IMAO: l'iproniazide.
Les IMAO augmentent le taux des catécholamines cérébrales en inhibant l'enzyme qui permet leur dégradation, ce qui s'accorde avec les théories biochimiques qui voient dans la dépression une insuffisance en monoamines centrales. Comme les tricycliques, autre grande famille d'antidépresseurs, ils ont, chez l'animal, des effets caractéristiques, en particulier l'antagonisme de l'action pharmacologique de la réserpine.
Les IMAO ont des indications plus limitées que les tricycliques ou les antidépresseurs de deuxième génération dans le traitement de la dépression. En effet, ils obligent à une stricte surveillance clinique en raison de possibles effets secondaires et ils ne peuvent être associés sans risque à de nombreux médicaments et à certains aliments. De plus, ils sont éliminés lentement, ce qui complique l'arrêt du traitement, notamment lorsque l'on décide de leur substituer un autre médicament.


L'utilisation des IMAO

À l'heure actuelle, seuls deux des IMAO classiques sont encore commercialisés en France:

  • L'iproniazide: son effet sur la mélancolie semble aussi puissant mais plus inconstant que celui des tricycliques. L'iproniazide, en raison de propriétés stimulantes qui l'ont fait qualifier initialement par Kline de Psychic Energizer (donneur d'énergie psychique), est aussi proposé dans le traitement de la névrose psychasthénique.
  • Le nialamide: souvent mieux toléré que l'iproniazide. Un IMAO non commercialisé en France (la phénelzine) est utilisé par les Anglo-Saxons dans certaines formes d'anxiété, notamment les troubles paniques.

Par ailleurs, parmi les effets toxiques des IMAO, on peut noter:

  • Une hypotension importante ou au contraire une hypertension paroxystique.
  • En cas de collapsus cardio-vasculaire, les médicaments sympathicomimétiques ne sont pas autorisés en raison de l'hypersensibilité des récepteurs catécholaminergiques induite par les IMAO.
  • Des hépatites toxiques.
  • Rarement, des accidents neurologiques à type de polynévrite des membres inférieurs ou de névrite optique régressant sous vitaminothérapie B.

Le traitement et les précautions

Certaines précautions doivent donc être respectées en cas de traitement par les IMAO. En particulier, les associations à d'autres médicaments doivent toujours être discutées. En raison du long délai d'élimination des IMAO, un intervalle de temps de 2 semaines doit être ménagé après l'arrêt de l'IMAO avant d'entreprendre un traitement par un antidépresseur tricyclique. Un régime pauvre en tyramine (responsable d'hypertension) est conseillé. Ainsi, on doit éviter les fromages fermentés, la levure, les boissons alcoolisées, les fèves et les bananes.
La réticence à prescrire les IMAO est moindre dans les pays anglo-saxons. En France, ils restent essentiellement prescrits en cas d'échec des autres antidépresseurs. Cependant, le développement de nouveaux IMAO plus maniables, car inhibant la monoamino-oxydase de manière réversible (toloxatone) et parfois également spécifique (moclobémide, brofaramine), pourrait susciter l'intérêt des cliniciens si ces nouveaux composés s'avèrent aussi efficaces que les IMAO classiques.


Autres termes psychologiques :