Accueil > Dictionnaire > Les termes psychologiques commençant par H > La définition de horney


La définition de Horney


Karen Horney, psychiatre et psychanalyste (1885-1952).Karen Horney est une psychiatre et une psychanalyste américaine d'origine allemande. Elle est née à Hambourg, en 1885. Elle est morte à New York, en 1952.


Son rapprochement de la psychanalyse

Venue très jeune à la psychanalyse, Horney développa très vite des thèses sensiblement différentes des thèses freudiennes, notamment sur la sexualité féminine. Celles-ci purent paraître rester dans le champ de la psychanalyse, et Ernest Jones, par exemple, qui lui-même discutait Sigmund Freud sur ce plan, cite souvent Horney. D'ailleurs, elle fut secrétaire de l'Institut psychanalytique de Berlin, puis directrice associée de l'Institut psychanalytique de Chicago.


Sa prise de distance avec les théories freudiennes

Mais il devint clair ensuite que Horney s'éloignait radicalement de la psychanalyse elle-même en se rapprochant plutôt d'une conception culturaliste voisine de celle de Franz Alexander ou de celle d'Erich Fromm. Elle avait fait une première psychanalyse avec Karl Abraham, et semble avoir mal supporté les interprétations de celui-ci. Est-ce là qu'il faut chercher, comme certains l'ont fait, la source de sa critique de l'œuvre freudienne? Ce serait certainement très réducteur. Quoi qu'il en soit, Horney discute, dès ses premiers ouvrages, la place que donne Freud à l'envie du pénis dans le psychisme féminin. Elle conteste l'idée d'un stade où le vagin serait totalement ignoré. En fait, il serait simplement nié.
Par la suite, Horney critiquera de plus en plus l'idée, qu'elle croit trouver chez Freud, selon laquelle une femme peut souffrir principalement du fait de n'être pas un homme. Pour elle « une ambition destructrice refoulée chez une femme peut s'exprimer par le symbole relativement inoffensif du désir d'être un homme ». Aussi, dans la Personnalité névrotique de notre temps (1953), elle donne à cette critique une dimension plus large. Elle pense que Freud a surestimé l'effet de situations invariables, conçues comme « relevant d'une nature humaine », comme, par exemple, le complexe d'œdipe. Elle conteste de même l'origine biologique des caractéristiques mentales et, en particulier, le rôle des stades pré-génitaux. En effet, elle affirme qu'une insatiabilité névrotique n'est pas forcément à référer à des désirs d'origine et de nature orale. Ainsi la libido ne joue plus chez Horney un rôle fondamental. Certaines injonctions sociales, comme celle de la réussite individuelle, lui paraissent plus déterminantes.
Ainsi l'œuvre de Horney constitue un exemple privilégié pour poser quelques questions décisives pour la psychanalyse. Il ne faudrait pas qu'elle nous fasse penser que toute attention à la dimension sociale de la névrose conduit à abandonner la théorie freudienne du désir et de la pulsion. En revanche, elle prouve rétroactivement que Freud avait raison de s'inquiéter quand ses disciples remettaient en question un des fondements de sa théorie. Cela ne pouvait que les conduire à une dilution de l'essentiel, à une méconnaissance qui, au bout du compte, concerne l'inconscient lui-même.
Enfin, dans la logique du développement de ses positions, Horney fonda, en 1941, son propre groupe, l'Institut américain de psychanalyse.


Autres termes psychologiques :